Venue assister à un match de football lundi, la patronne du Front national a éjecté de sa place le président socialiste du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais.

En pleine campagne pour les élections régionales dans le Nord-Pas-de-Calais, Marine Le Pen est venue assister lundi soir au match de football qui opposait le RC Lens à l’AS Nancy. Légèrement en retard, elle a rejoint la tribune présidentielle du stade Bollaert-Delelis de Lens avec sa délégation et s’est aperçue que sa place était déjà occupée par le président du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, le socialiste Daniel Percheron.

En voyant arriver la présidente du Front national, ce dernier a dû lui céder sa place. Avec le sourire, la présidente du Front national s’est inclinée devant lui et a mis sa main sur le cœur en signe d’excuse. Daniel Percheron, infortunément délogé, est resté debout un moment avant d’être invité par Gervais Martel, le président du club du RC Lens, à le rejoindre.

Un coup de com' ?

La candidate à la présidence de la région Picardie-Nord-Pas-de-Calais a profité de l’occasion pour partager un selfie sur Twitter. Une photo qui ne doit rien au hasard. En effet, comme le souligne FrancetvInfo, le RC Lens est une véritable institution dans le Nord-Pas-de-Calais, mais aussi en Picardie, soit exactement la région que souhaite conquérir Marine Le Pen.

Publicité
De plus, le club qui est classé 15e de Ligue 2 est actuellement en proie à de gros problèmes financiers. Une aubaine pour la candidate Front national qui pourrait tenter de faire passer un message à ses électeurs. Aussi, FrancetvInfo assure que "la carte des meilleurs scores du FN recoupe peu ou prou les zones de chalandises du RC Lens". Guillaume Kaznowski, élu FN de Liévin (Pas-de-Calais) et à l’origine de l’invitation de Marine Le Pen au match de football, a démenti toute tentative de communication, assurant simplement avoir voulu "lui faire découvrir l'ambiance d'un stade de foot".
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité