Le service de presse de Martine Aubry a démenti mardi, les informations parues dans Libération la veille. Le journal avait expliqué que la maire de Lille avait refusé de rencontrer le Premier ministre en raison d'un emploi du temps trop chargé.

Le service de presse de Martine Aubry ne savait sûrement plus où donner de la tête en ce début de semaine. Le journal Libération avait publié ce lundi, une information expliquant que la maire de Lille n’aurait pas le temps de recevoir le Premier ministre, en visite dans sa ville jeudi, en raison d’un emploi du temps trop chargé.

"C’est un énorme malentendu" a répondu le service de presse de l’édile. Selon lui, Martine Aubry n'était pas clairement au courant du motif de la visite du Premier ministre. Pensant être conviée à une "rencontre sur  le thème de la politique de la ville", la maire de Lille aurait déclinée l'invitation en raison d'un agenda effectivement chargé, rapporte La Voix du Nord. Elle aurait appris lundi soir seulement la véritable raison de la visite de Manuel Valls. Celui-ci doit participer à un congrès de l'Association des communautés de France.

La rencontre aura bien lieu

Interrogée mardi au micro de France Info, la maire de Lille a déclaré que les services de Matignon avaient bien contacté sont cabinet, mais pour une raison bien différente. Le Premier ministre doit se rendre à Valenciennes le même jour pour célébrer avec Jean-Louis Borloo, les dix ans du dispositif ANRU. L’ancienne première secrétaire du PS aurait alors préféré recevoir le Premier ministre "à un moment plus calme".

Le malentendu tombé, Martine Aubry a précisé que "bien évidemment", elle viendrait saluer le Premier ministre. Les relations entre Manuel Valls et la maire de Lille sont connues pour être tendues.

Publicité
Depuis la rentrée, Martine Aubry a en effet multiplié les piques à l’encontre du gouvernement, notamment sur la question de la réforme territoriale et celles des coupes budgétaires imposées aux collectivités.

À lire aussi - Après deux ans de calme, Martine Aubry ressort les flingues

vidéo sur le même thème - Éviction des frondeurs : Martine Aubry regrette une "mesquinerie"