La commission des Affaires juridiques du Parlement européen a voté à la majorité en faveur de la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen. La présidente du FN pourrait donc prochainement se retrouver mise en examen pour « incitation à la haine raciale ». Décision définitive le 2 juillet.

Marine Le Pen pourrait bientôt se retrouver devant la justice française si le Parlement européen décidait d’accorder la levée de son immunité parlementaire. La commission des Affaires juridiques a en tout cas donné son feu vert : avec 11 voix pour, 1 contre et 4 abstentions, le message est clair. La décision finale, qui appartient au Parlement européen, lequel suit en général les recommandations de la commission, sera rendue le 2 juillet prochain.

Publicité
Visée depuis janvier 2011 par une enquête préliminaire pour des propos tenus en décembre 2010 et jugés racistes, Marine Le Pen risque une mise en examen pour « incitation à la haine raciale ». En visite à Lyon, l’eurodéputée avait comparée les prières de rue des musulmans à l’Occupation nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Des propos qui avaient fait l’objet de plaintes de la part de plusieurs associations de lutte contre le racisme. La France avait alors demandé au Parlement européen, en novembre 2012, la levée de son immunité parlementaire. Une hypothèse qui, si elle devait être confirmée, provoque déjà la colère du FN. Florian Philippot, vice-président du parti, a déjà crié au scandale début juin, déclarant qu’une telle sanction serait injustifiée « pour avoir dit la vérité sur les prières de rue qui existent toujours ». « Si son immunité devait être levée, nous comptons sur la justice française pour dire que le débat politique est un droit et qu'on peut encore appeler un chat, un chat » avait-il indiqué.

 
Publicité