"Le 7 mai 2017, Marine Le Pen est élue première présidente de la République française". Voici le scenario du dernier livre signé François Durpaire et Farid Boudjellal. Un roman-fiction dans lequel ils imaginent un véritable séisme national et planétaire. Interview.

Planet : Votre livre raconte la victoire de Marine Le Pen en 2017. Pourquoi ce choix ? François Durpaire* : "J’ai eu la conviction qu’elle gagnerait la prochaine élection présidentielle pendant l’hiver 2014. Et alors que j’avais déjà vu juste en 2006 en sortant un premier roman-fiction sur la victoire Barack Obama, j’ai recontacté l’éditeur qui m’avait alors fait confiance pour lui proposer un nouveau roman d’anticipation. Nous avons ensuite décidé de le publier sous forme de bande-dessinée pour permettre aux lecteurs de mieux visualiser les évènements. Je pense notamment à la cérémonie de passation de pouvoir entre Marine Le Pen et François Hollande sur le perron de l’Elysée. L’écrire n’aurait jamais été aussi fort que de la représenter avec un dessin réaliste.

Planet : Eric Zemmour a lui aussi imaginé la victoire du Front National à la présidentielle. Pensez-vous être de plus en plus nombreux à l’entrevoir ?François Durpaire : Et pourquoi pas ? Après tout, le Front National a totalisé dix points de plus que le PS et cinq points de plus que Les Républicains aux dernières élections régionales. Ce n’est certes par le parti qui a le plus d’adhérents ni le plus d’élus mais c’est celui qui rassemble le plus d’électeurs. Or, c’est sur ce point que se remportent des élections. De plus, quand vous voyez que le livre qui s’est le plus vendu en 2014 imaginait la victoire d’un musulman à la présidentielle et ce, alors que le climat n’était pas vraiment 'islamophile', je m’étonne qu’il n’y ai pas plus d’auteurs pour imaginer la victoire du Front national.

Planet : Quelles sont les étapes qui mèneraient selon vous  à l’élection de la fille de Jean-Marie Le Pen  dans deux ans?François Durpaire : Tout d’abord, Nicolas Sarkozy serait élu candidat de la droite lors de la primaire de 2016. Le patron des Républicains devrait ensuite faire face à une candidature centriste forte, voire dissidente, ce qui entraînerait des divisions au sein de la droite. A tel point qu’il serait éliminé au premier tour de la présidentielle. Et alors que la droite serait alors incapable de reporter ses voix sur celles de la gauche pendant l’entre-deux tours, le Front National de Marine Le Pen finirait par l’emporter.

Planet : Les récents attentats pourraient-ils changer la donne ? François Durpaire : D’une manière générale, les évènements de ce type profitent toujours au gouvernement en place à court terme et finissent par favoriser les extrêmes à long terme. Au lendemain des attentats de janvier, Marine Le Pen avait dit qu’il fallait ‘briser le tabou du fondamentalisme musulman’. Dans quelques mois, de nombreux Français pourraient en arriver à la conclusion qu’elle avait vu juste. Au moment de voter, ces Français pourraient ainsi décider de faire un choix basé sur la psychose collective en donnant leur voix à la présidente du FN. Et les récents attentats pourraient les conforter dans ce choix.

Planet : ‘La République, faut la faire bouger, quitte à la brusquer’, dit Marine Le Pen dans votre livre. Cette phrase pourrait-elle être son credo de présidente ?François Durpaire : Absolument ! Face au ras-le-bol des Français devant la paralysie politique, la leader frontiste se pose comme celle qui va modifier les choses. D’ailleurs, elle ne s’en cache pas et clame à qui veut l’entendre qu’il faut ‘remettre la politique au centre du jeu’. La présidente du FN veut rendre la politique plus directe, elle veut faire bouger cette République parlementaire qu’elle juge trop représentative.  Et cela passe par des référendums. Dans mon livre, j’imagine ainsi que dès septembre 2017, Marine Le Pen organise une consultation nationale sur la suppression du Conseil constitutionnel.

Planet : Comment serait composer le gouvernement de Marine Le Pen ? François Durpaire : Tout d’abord, Florian Philippot n’en ferait pas partie. Avec le co-auteur du livre, Farid Boudjellal, nous l’avons mis à la tête de l’Assemblée nationale. Au lendemain de la présidentielle, Marien Le Pen cherchera à créer une nouvelle majorité et l’actuel numéro 2 du FN devrait l’y aider. Nous avons même été jusqu’à créer le camembert des résultats des élections législatives. Selon nous, le FN aurait environ 190 députés, tandis que Les Républicains en auraient 180 et les députés PS et affiliés PS en auraient 190. Nous aurions alors une chambre tripartite avec une majorité de députés FN et LR.

Publicité
Le Premier ministre serait quant à lui Gérard Longuet. Un choix qui peut paraître surprenant de prime abord, notamment à cause de l’image centriste de l’ex-ministre. Pourtant, sa jeunesse proche de l’extrême-droite, mais aussi son réseau et son côté silencieux, voire force tranquille, en font l’homme idéal pour ce poste. Nous avons également imaginé Marion Maréchal-Le Pen ministre de la famille et de la natalité. Geoffroy Didier serait quant à lui en charge de la Justice mais celui-ci a d’ores et déjà réagi sur Twitter en affirmant qu’il ne voulait pas l’être..."

 

*François Durpaire est coauteur de La présidente (éd. Les Arènes).

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité