Marine Le Pen, la présidente du Front National, a récemment accusé Anne-Sophie Lapix, journaliste chez Canal+, d’être raciste à l’égard de son parti. Plus de détails sur ce nouveau clash.

Elles se sont  (encore) clashées. Invitée sur le plateau de Dimanche+ pour évoquer les mises en examen de certains élus du Front National dans les années 1990, Marine Le Pen s’en est pris à Anne-Sophie Lapix. La présidente du FN a en effet estimé que la journaliste de Canal+ était raciste envers son parti. "C'est toujours un peu le même genre de délits. N'y a-t-il pas une tendance naturelle de l'élu FN, parce qu'il est isolé, à distribuer les marchés à des proches ?", a commencé par demander Anne-Sophie Lapix à Marine Le Pen. Une question qui n’a visiblement pas plus à cette dernière puisque celle-ci a aussitôt répondu : "Oui, c'est ça ! C'est dans notre ADN ? dit-elle. Vous savez qu'on peut se faire condamner pour racisme avec les propos que vous venez de tenir, là, madame ?".

"Madame la commissaire politique"Loin de se démonter face au ton cinglant employé par son invité, la journaliste a poursuivi en reformulant sa question.  "Ces faits-là ont eu lieu il y a 20 ans. Je ne vous ai jamais vus faire la liste des dizaines et des dizaines de condamnations à l'égard des autres partis politiques", lui a ensuite répondu Marien Le Pen. Mais cette réponse n’a pas convaincu la journaliste et son collègue, Karim Rissouli, qui lui ont tous les deux renvoyé que ces propos étaient faux. "Je voudrais juste que vous me laissiez terminer ma phrase, d'accord ? Voilà, c'est gentil...", a ensuite lâché la président du FN à la journaliste avant d’ajouter : "Mais vous n'êtes pas capable de vous taire ? Vous me coupez la parole toutes les deux minutes !". "Ce n'est pas non plus une tribune, vous ne pouvez pas parler quatre minutes sans qu'on puisse vous relancer", s’est alors justifiée Anne-Sophie Lapix. Une réponse qui lui a ensuite valu le surnom de "Madame la commissaire politique", répété à plusieurs reprises par Marine Le Pen jusqu’à la fin de l’émission.

Publicité
En janvier 2012, les deux femmes s’étaient écharpées autour du programme économique de la candidate à l’élection présidentielle. La  journaliste avait alors soulevé quelques incohérences.