La dirigeante du Front National, Marine Le Pen, est accusée par le site Mediapart de conflits d’intérêts au profit de son compagnon Louis Aliot. Ce dernier a décidé de porter plainte contre le site d’information.

Mediapart a accusé, dans un article publié ce jeudi 18 juillet, Marine Le Pen d’abuser de son statut pour payer son compagnon, Louis Aliot, plus de 5 000 euros par mois. Elle ferait passer le n° 2 du Front national comme étant un assistant au Parlement Européen. Mediapart a révélé que le Parlement européen l’avait remarqué il y a pratiquement un an, en août 2012. Des accusations qui ont provoqué la colère de Louis Aliot, qui a publié sur son compte Twitter ce matin : "Plainte ce jour en diffamation contre l'article de Mediapart. Aucun conflit d'intérêt au regard de la législation." Il a rajouté à la fin de son tweet le mot : "calomnie."

Quels sont les éléments de Mediapart ? Mediapart a révélé que Louis Aliot était rémunéré à "hauteur de 5 006,95 euros brut mensuels pour un temps partiel de 17,5 heures par semaine." Sa compagne, Marine Le Pen, le salarie en tant qu’assistant au Parlement européen depuis août 2011. Le site a confirmé que les services financiers du Parlement s’en sont rendu compte un an plus tard, et ont envoyé à la dirigeante du parti d’extrême droite un courrier daté du 25 juillet 2012, dans lequel ils lui demandent des explications, lui rappelant que "l’enveloppe financière mise à disposition de chaque parlementaire ne peut pas financer les contrats permettant l’emploi ou l’utilisation des services des conjoints des députés ou de leurs partenaires stables non matrimoniaux."

La réponse de Marine le PenLa Présidente du FN a répondu au Parlement européen, dans un courrier daté du 18 septembre 2012, n’être "ni mariée à Louis Aliot, ni liée avec lui par un Pacte civil de solidarité, ni par une déclaration fiscale commune, ni par un quelconque statut reconnu par l’Etat français." Chose que Mediapart une fois de plus a démenti puisque elle est liée à Louis Aliot "au sein d’une société civile immobilière (SCI), support juridique à l’achat d’une maison à Millas, dans les Pyrénées-Orientales" indique-il.

La réponse de Louis AliotMediapart a contacté Louis Aliot, qui a, comme sa compagne, nié un quelconque caractère formel dans leur relation. Il a aussi ajouté qu’il effectuait "une mission d’attaché parlementaire à mi-temps notamment par le suivi de toutes les questions institutionnelles, ainsi que par le suivi de relations internationales concernant la zone Afrique Caraïbes Pacifique et les Dom-Tom dans le strict respect du statut et des obligations professionnelles des collaborateurs de députés."

Publicité
Louis Aliot ne serait pas le seul à qui Marine Le Pen profiteFlorian Philippot a lui aussi été déclaré comme étant un assistant de Marine le Pen. Il était surtout son directeur de campagne lors de la présidentielle 2012. Il a été rémunéré tel un assistant jusqu’en juin 2012. Le Parlement européen a profité de son premier courrier pour rappeler que "les fonds pour rémunérer les assistants sont exclusivement réservés au financement d’activités liées à l’exercice du mandat des députés et ne peuvent couvrir des frais personnels." A ce reproche, Marine le Pen a répondu que "la durée horaire modeste de leurs contrats d’assistance parlementaire permet de concilier deux activités professionnelles."

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité