Contrairement à ce qu'ils voudraient faire croire, la page ne serait pas vraiment tournée entre Jean-Marie Le Pen et sa fille. Pour cette dernière, les propos sur la "fournée" sont en grande partie responsables de l'échec à former un groupe au Parlement européen.

© AFP

AFP

Réconciliés le père et la fille ? Pas si sûr… Hier, le FN a concédé n’avoir pas réussi à former un groupe au Parlement européen. "Non, ce n'est pas une claque" avait alors fait savoir Florian Philipot sur les ondes d’Europe 1.

Invité le soir même sur le plateau de C à vous, l’ancien chevènementiste a tout de même tenu à charger le président d’honneur du FN de la responsabilité de cette échec.

Lire aussi : Fini la guéguerre chez les Le Pen ?

Inspiré, ce dernier en est venu à citer la maxime de l’humoriste Rémi Gaillard pour qualifier les propos de Jean-Marie Le Pen : "c'est quand on fait n'importe quoi, qu'on devient n'importe qui". Et il n'est pas le seul à avoir la défaite amère.

Marine Le Pen n’en pense pas moins. "Tout ce qui réactive la diabolisation et fait du bruit n'est jamais bon lorsqu'on est en négociations" a-t-elle déclaré dans les colonnes du Figaropour justifier et sa position vis-à-vis de certains partis européens et la distance qu’elle entend marquer avec son père.

Publicité
Une position diamétralement opposée à celle de Jean-Marie Le Pen qui regrette de son côté sur Sud Radio l’échec du FN à constituer un groupe pour ces raisons. "Il y a un certain nombre de gens qui sont considérés comme plus ou moins sulfureux d'après certains critères qui ne sont pas les miens, mais enfin c'est comme cela"…

Les invectives sont certes moins directes mais les attaques sont toujours là.

Vidéo sur le même thème : la crise du porc selon Jean-Marie Le Pen

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité