Le magazine l’Express a recueilli les confidences inédites de la fille aînée des Le Pen, fâchée depuis quinze ans avec son père. 

La fille aînée de Jean-Marie Le Pen n’avait pas accordé une interview à un média depuis des années, c’est chose faite mercredi dans l’Express qui a pu rencontrer la plus mystérieuse des sœurs Le Pen.

"De tous ces Le Pen déchirés ou non, reclus dans l'Ouest parisien, elle réside à bonne distance, dans un lointain Sud francilien.", écrit le magazine à propos de la tante de Marion-Maréchal Le Pen, et sœur de Marine Le Pen.

Marine "a toujours eu un côté chef"

Marie-Caroline Le Pen est aujourd’hui loin de la politique. Pourtant, l’aînée des filles du "patriarche de Montretout" était pressentie par ce dernier à un bel avenir au sein du Front national. Mais entre-temps, cette dernière a suivi la dissidence menée par Bruno Mégret en 1998 tout en se brouillant avec son père. Depuis, celle qui se décrit comme "catholique, nationaliste et moderne" se fait discrète : "Je n'ai jamais fait de bouquin, j'ai refusé de participer à tous les documentaires, je n'ai accordé aucune longue interview."

A lire aussi Pour Jany Le Pen, sa belle-fille est "brutale et méprisante"

Elle se livre désormais sur ses dissemblances avec sa sœur cadette : "Je suis casanière et chat sauvage. Des trois filles, c'est Marine qui ressemble le plus à mon père. Elle a toujours eu un côté chef." Et sur un possible retour en politique : "Je parle anglais, je pourrais peut-être accompagner Marine dans ses voyages ? Je sais aussi faire de la vidéo, je peux servir en tant que formatrice. J'aurais adoré faire ce que fait Yann aujourd'hui !" Marie-Caroline Le Pen parle de Yann, son autre sœur qui dirige l’évènementiel au Front national.

Avec sa sœur, les relations n’ont pas toujours été bonnes

Publicité
Entre les deux sœurs, les relations n’ont pas toujours été au beau fixe, mais cela semble de l’histoire ancienne comme en témoigne cette phrase de Marine Le Pen, interrogée sur son aînée en 2011 : "Je lui ai totalement pardonné son ralliement à Mégret parce que c'est ma sœur et que nos enfants sont cousins. Elle est très attachée à ses responsabilités : c'est la grande sœur qui palliait l'absence de nos parents. Par ailleurs, c'est une des filles les plus drôles qui existent."  

Vidéo sur le même thème : J-M Le Pen, exclu du parti qu'il a fondé