Alors que François Bayrou et Jean-Louis Borloo vont officiellement unir leurs deux partis politiques ce mardi, les Sarkozystes ne voient pas cette union d’une très bon œil. Les explications.

©AFP

Si lors du mariage de l’UDI et du MoDem la question était posée de savoir qui, dans la salle, s’oppose à cette union, nul doute que plusieurs élus UMP lèveraient la main. A quelques heures de l’alliance des partis politiques de François Bayrou et Jean-Louis Borloo, les Sarkozystes ne cachent pas leur irritation. Un an après la dernière élection présidentielle, certains ne digèrent pas que le président du MoDem ait décidé de voter pour le candidat socialiste. Une véritable trahison, doublée d’une grande déception, que les partisans de Nicolas Sarkozy ne sont pas près de lui pardonner. "François Bayrou est celui qui a aidé François Hollande à devenir président de la République. Ce n’est pas un jugement, c’est une observation. C’est la responsabilité qu’il a choisie, certainement en son âme et conscience, d’assumer", a d’ailleurs vivement regretté l’ex-ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux dimanche sur France 5. "C’est quelque chose qui ne peut pas passer", a de son côté estimé l’ancienne conseillère des Hauts-de-Seine, Isabelle Balkany, avant de souligner  que : "Bayrou ne représente pas grand-chose maintenant, donc c’est lui donner une tribune qu’il n’avait plus tout seul". Ne mâchant pas ses mots, Jean-François Copé, le président de l’UMP a, lui, qualifié le président du MoDem  de "traître".  

Borloo s’éloignerait de l’UMPOutre le cas de François Bayrou, les Sarkozystes déplorent également le fait que Jean-Louis Borloo, par cette union avec le MoDem, s’éloigne de sa famille naturelle. "Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne chose pour lui. En tout cas, pour l’instant, chez les adhérents et sympathisants UMP, ça suscite un tollé", a en effet raillé l’épouse de maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Des propos qui sonnent comme un avertissement : en unissant son parti à celui de François Bayrou, Jean-Louis Borloo risquerait ainsi de perdre des sympathisants. Visiblement peu affecté par ce risque, le président de l’UDI soutient, quant à lui, qu’au contraire, l’alliance de ces deux partis attirera "ceux qui ne se reconnaissent ni dans la gauche, ni dans l’UMP d’aujourd’hui". Selon lui, cette union serait même "susceptible de faire reculer le FN".

Publicité
"Une direction bicéphale (…) c’est toujours très compliqué"Malgré l’optimisme apparent de Jean-Louis Borloo, les détracteurs de son union avec François Bayrou s’interrogent quant à la durée de vie d’une telle union. "Quand on est dans la rationalité, la direction bicéphale d’un parti, c’est toujours très compliqué", a en effet prévenu Isabelle Balkany. En septembre dernier, alors que l’alliance n’en était qu’au stade de pourparlers, Brice Hortefeux avait lâché : "Le mariage d'un aveugle avec un paralytique n'a jamais donné naissance à un coureur de fond". L’union du MoDem et de l’UDI sera officialisée ce mardi après-midi à la Maison de la Chimie à Paris.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :