Les maris et les compagnons des femmes politiques sont souvent méconnus du grand public et pourtant, ils jouent parfois un rôle important auprès de celles qui partagent leur vie. Dans "Hommes de…", Bérengère Bonte fait la lumière sur ces hommes de l’ombre.

Planet : L’adage dit que 'derrière chaque grand homme se cache une femme'. Est-ce aussi vrai pour les femmes politiques ?Bérengère Bonte* : "L’adage est vrai aussi pour le grand homme auprès de la grande femme. Cela n’empêche pas un certain nombre de femmes politiques de rester célibataires – la femme de pouvoir ferait-elle peur ? – mais quand elles sont en couple, leurs hommes sont souvent très modernes dans leur rapport à la parité. C’est d’ailleurs un constat assez rassurant que je fais au terme de cette enquête sur l’évolution, lente mais certaine de la société ! Et donc de la classe politique.

A lire aussi – Politiques : connaissez-vous celles et ceux qui partagent leur vie ?

Planet : Ces 'hommes de' se contentent-ils tous de l’ombre de leur femme ou bien essaient-ils parfois d’en profiter ? Bérengère Bonte : De manière générale les 'Hommes de' cherchent plutôt l’ombre, pas forcément par choix personnel mais par nécessité pour ne pas perturber l’action ou la parole de leur femme. On peut dire que dans certains cas, ils profitent néanmoins de la position de celle-ci, pas au sens où ils se mettraient eux-mêmes dans la lumière mais plutôt pour prolonger, à travers madame, un rêve de politique contrarié. Je pense à Jean-Pierre Philippe, l'ex-mari de Nathalie Kosciusko-Morizet dont je raconte dans le livre les déconvenues en politique et qui participait à toutes les grandes réunions stratégiques lorsque sa femme était en campagne par exemple pendant les municipales à Paris.

Planet : Peuvent-ils parfois gêner la carrière de leur femme ?Bérengère Bonte : Oui certains hommes compliquent clairement la carrière de leur femme politique, soit involontairement, par leur parcours passé – c’est le cas de l’avocat aujourd’hui retraité Jean-Louis Brochen, marié à Martine Aubry et dont certains combats passés valent à sa femme d’être soupçonnée de sympathie islamiste. D’autres peuvent compliquer les choses par leur attitude pendant le mandat de leur femme : c’est le cas de Xavier Cantat qui supportait mal de devoir se taire quand Cécile Duflot était ministre du gouvernement Ayrault. J’ai longuement 'décrypté' avec lui ce fameux tweet du 14 juillet en plein défilé militaire qui a fait couler tant d’encre.

A lire aussi – Présidentielle 2017 : Louis Aliot, Première dame de France ?

Publicité
Planet : Si demain une femme venait à être élue présidente de la République, comme imaginez-vous le rôle du Premier homme de France ? Bérengère Bonte : J’espère que ce serait l’occasion de repartir sur une base plus simple et donc plus saine, avec un conjoint plus autonome, qui vit sa vie à la façon de Joachim Sauer, le mari d’Angela Merkel en Allemagne. Ce grand chercheur va à son laboratoire tous les jours par ses propres moyens et n’apparait publiquement qu’à de très rares occasions. Ce qui visiblement convient parfaitement à la majorité des Allemands".

*Bérengère Bonte est l'auteure de Hommes de... (éd. Du Moment)

En vidéo - Zapping actu : Bientôt des WC publics dédiés aux transgenres ?