Selon les informations du Parisien, Manuel Valls ne serait pas en forme actuellement. En cause : sa difficulté à trouver sa place. Plus de détails.

"A cran", "crevé", "nerveux". Voici les mots qu’emploie ce jeudi Le Parisien pour parler de Manuel Valls. Le quotidien consacre en effet un article (payant) au Premier ministre dans lequel il évoque ce qui s’apparente à une déprime.

A lire aussi –Manuel Valls : la vérité sur les tremblements de sa main

L’omniprésence de François HollandeIntitulé "Comment Hollande étouffe Valls", le papier explique notamment que "l’omniprésence" du président agacerait le chef du gouvernement. Alors que François Hollande multiplie les déplacements et les interventions publiques pour amorcer sa campagne en vue de 2017, Manuel Valls se retrouverait mis de côté. Dépossédé de nombreux projets clés dont le président a voulu reprendre la communication, le Premier ministre devrait désormais se contenter des "miettes". Une situation à laquelle il n’est pas habitué et qu’il aurait du mal à supporter. Mais Manuel Valls ne serait pas le seul dans ce cas. Le Parisien souligne en effet que plusieurs ministres se seraient plaints de l’ingérence soudaine du président dans leurs dossiers.

Sa popularité en baisse

A lire aussi –Manuel Valls "est d’une fidélité absolue, jamais il ne trahira François Hollande"

Publicité
A l’omniprésence du chef de l’Etat, s’ajouterait aussi la baisse de popularité de Manuel Valls. Ce qui le minerait. "Autrefois vedette du gouvernement, Valls est (…) concurrencé aujourd'hui par une poignée de ministres que François Hollande a su utiliser pour contrer l'ascension de l'ancien maire d'Evry", souligne L’Internaute. En perte de vitesse, le chef du gouvernement serait notamment devancé par Emmanuel Macron, avec qui il entretient une forme de rivalité, et par Jean-Yves Le Drian, celui qui est devenu "indispensable" au président, écrivait BFM TVla semaine dernière. Victime d’une stratégie de François Hollande pour se mettre en avant et canaliser l’ambition de son Premier ministre, Manuel Valls miserait désormais sur les élections régionales de décembre se refaire et glaner quelques points de popularité. Son idée : incarner la lutte contre l’extrême droite, explique Le Parisien.

Vidéo sur le même thème - Manuel Valls évoque le possible départ de Jean-Yves Le Drian