La présidente du Front National a récemment accordé un long entretien au magazine Causeur. L’occasion pour elle d’en dire un peu plus sur ses combats mais aussi sur sa relation particulière avec son père, Jean-Marie Le Pen.

La fille de son père. Depuis qu’elle a pris les commandes du Front National, Marine Le Pen tente d’imposer sa marque et surtout, de dédiaboliser le parti. Une entreprise qui l’a quelque peu éloignée de celui qu’elle appelle "Le Pen", celui qui l’a mise sur les rails de la politique. "Le Pen a sa manière de faire de la politique. Nous avons un désaccord majeur : pour lui, ‘parlez-en en bien, parlez-en en mal’, l’important est qu’on en parle. Moi, je pense que les polémiques nous empêchent de parler du fond", a-t-elle ainsi récemment confié à Causeur. Et celle-ci d’ajouter : "Quand elles (les polémiques, ndlr) occupent les trois quarts d'une émission, je suis très mécontente, car je ne peux pas présenter mon programme aux Français. Encore une fois, le FN est devenu un parti de gouvernement, mais Le Pen conserve les réflexes d'un contestataire".

Au journaliste qui lui rappelait que son père lui reproche son supposé "manque d’écoute", la leader d’extrême droite a par ailleurs répliqué : "C'est Le Pen qui dit ça ! Comme il trouve que je ne lui parle pas assez, il pense que je ne parle qu'aux autres. Il râle parce que, selon lui, je dirige le FN avec mon petit groupe, mais mon petit groupe, c'est le bureau exécutif du Front !".

A lire aussi – Jean-Marie Le Pen, le boulet du FN ?

Ce n’est pas la première fois que des désaccords entre le père et la fille sont soulignés par l’un ou l’autre. En octobre dernier, le Canard Enchaîné rapportait même que, lassée des dérapages fréquents de Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen avait en tête de l’écarter des instances dirigeantes du parti en lui retirant son titre de président d’honneur. Six mois plus, rien n’a été fait mais le torchon semble continuer de brûler lentement.

A lire aussi – Marine Le Pen déménage : ses relations avec son père en cause ?

Publicité
Outre ses relations avec son père, Marine Le Pen a également profité de son entretien avec Causeur pour évoquer la joute verbale à laquelle elle et Manuel Valls se sont livrés ces dernières semaines. "Je crois que ses outrances, indignes d’un Premier ministre, ont poissé notre électorat à se mobiliser", a-t-elle estimé à propos des résultats des élections départementales. "Ce qui nous sert, c’est que Manuel Valls m’accorde la place qui est la mienne de premier opposant au gouvernement", s’est-elle réjouie.

Vidéo sur le même thème : politique Première: Propos de Jean-Marie le Pen: La fille a-t-elle tué le père ? - 09/06