Envoyé Spécial révèle que, du temps où il était chef de Matignon, Manuel Valls n’a pas hésité à commander plusieurs sondages pour analyser son positionnement et son image. Des enquêtes qui auraient coûté plusieurs dizaines de milliers d’euros. 

L’ex-Premier ministre Manuel Valls était très soucieux de son image. C’est en tout cas ce que révèleEnvoyé Spécial. Les équipe du magazine diffusé sur France 2 ont en effet découvert que, lorsqu’il était chef de Matignon, le socialiste a commandé plusieurs sondages pour savoir ce que les Français pensaient de lui et son positionnement politique. En tout, pendant les deux ans de son mandat (2014-2016), plusieurs dizaines de milliers d’euros auraient ainsi été dépensés. A titre indicatif, Envoyé Spécial précise que l’Institut Ipsos a été sollicité en 2014 pour mesurer "l’image d’énergie exceptionnelle" de Manuel Valls auprès des Français. Une enquête qui aurait couté 53 520 euros. En 2016, "près de la moitié des enquêtes" commandées étaient consacrées "à l'image et à la popularité de Manuel Valls plutôt qu'à des sujets de fond", ajoute le magazine.

François Hollande s’était pourtant opposé au recours immodéré des sondages

A lire aussi –Les sondages farfelus du président Nicolas Sarkozy

Publicité
Une pratique qui peut choquer mais qui est pourtant tout à fait légale. En effet, on se souvient de ce que François Hollande avait déclaré pour marquer son opposition avec Nicolas Sarkozy et les 7,5 millions d’euros qu’il avait dépensés en sondages pendant son quinquennat : "il n’y a pas de budget pour cela". Et si le président socialiste a bel et bien mis un terme à cette pratique à l’Elysée, il ne l’a en revanche pas interdite à Matignon. Ainsi, le SIG, le service rattaché au bureau du Premier ministre et chargé, entre autres, de "l'information du Premier ministre sur l’évolution de l’opinion publique et le traitement médiatique de l’action du gouvernement" et de "la valorisation de l’action du Premier ministre et du gouvernement", a-t-il conservé la possibilité de commander des études et des sondages. Ce qui a donc permis à Manuel Valls de sonder l’opinion de Français sur sa personne et ce, au frais de Matignon.

"Contacté par 'Envoyé spécial', Manuel Valls n'a pas souhaité donner suite" indique par ailleurs France Info.

En vidéo - Manuel Valls votera pour Emmanuel Macron : les militants PS en difficulté