Dans les colonnes du Journal du Dimanche le weekend dernier, le Premier ministre a fait une mystérieuse confidence qui ne devrait pas plaire au président de la République. 

Interrogé par Le Journal du Dimanche sur les candidats de la prochaine élection présidentielle, Manuel Valls a fait une mystérieuse allusion. "Les Français cherchent. Ils ont essayé Sarkozy, ils ont essayé Hollande", a -t-il d’abord déclaré avant de répondre "Ben, moi", au journaliste qui lui demandait qui les électeurs pourraient-ils désormais essayer. Une réponse quelque peu énigmatique que le Premier ministre a ensuite ponctuée d’un "Ca viendra…". Et celui-ci d’ajouter qu’il n’est pas "le porte-parole de la future campagne"  mais qu’il sera "solidaire". "Je ne sauterai pas du navire. Mais je veux aussi ouvrir de nouveaux débats, je veux être totalement libre", a expliqué Manuel Valls.

A lire aussi – Présidentielle 2017 : le plan secret de Valls pour faire couler Macron

"Manuel Valls se tient prêt"

Publicité
Des propos quelques peu énigmatiques quant aux ambitions du chef du gouvernement. Et qui ne devraient pas ravir François Hollande. "Comme l’expriment nombre de ses soutiens, le Premier ministre croit fermement que François Hollande renoncera à briguer un deuxième mandat s’il sent qu’il sera éliminé dès le premier tour, écrit Le Lab d’Europe 1. Alors Manuel Valls se tient prêt, lui qui n’a jamais caché ses ambitions présidentielles". "Je trouvais – et je trouve toujours – que la primaire présente de nombreux risques pour un président de la République sortant, a d’ailleurs souligné Manuel Valls dans les colonnes du JDD. "Si rien n’est fait, il n’y a pas de raison que la machine à perdre s’arrête".

 A lire aussi - Présidentielle 2017 : les prétendues ambitions de Valls tuées dans l'oeuf ?

Publicité