Le Premier ministre accuserait le leader de la gauche radicale de manipulation et aurait fait des menaces à Cécile Duflot en cas d’accord avec le Front de gauche.

Selon le Canard enchaîné de ce mercredi, le Premier ministre, Manuel Valls, aurait Jean-Luc Mélenchon dans le viseur.

Pour le chef du gouvernement, l’ancien représentant du Front de gauche à la dernière présidentielle manipulerait en sous-main les jeunes socialistes. Pour comprendre cette accusation, il faut revenir à l’Université d’été du PS à la Rochelle le week-end dernier.

Les MJS, une organisation "manipulée par Mélenchon"

Durant une soirée de ce rendez-vous socialiste, des jeunes du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) ont chahuté le Premier ministre, et hué le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. Une attitude que n’a pas du tout apprécié Manuel Valls si l’on en croit ses propos rapportés par le Canard enchaîné : "Les Jeunes socialistes ne savent plus où ils habitent : la preuve, ils en sont même à critiquer la conférence sur le climat. C’est une organisation à la dérive, manipulée par Mélenchon."

L’alliance EELV-FDG aux régionales ne passe pas

Par ailleurs, l’hebdomadaire satirique assure que le Premier ministre est bien décidé à ne pas faire de cadeau aux Verts pour les législatives de… 2017. Pourquoi une telle attitude ? A cause des régionales qui vont avoir lieu en décembre prochain. Le parti Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) réfléchit en effet à des alliances avec le Front de gauche dans certaines régions, ce qui déplaît fortement au Parti socialiste. Du coup, Manuel Valls menacerait Cécile Duflot d’une candidature socialiste dans sa circonscription.

Publicité
"La séparation serait irrémédiable. Il n’y aura pas d’accord pour les députés Verts qui auront soutenu cette stratégie suicidaire aux régionales. A commencer par Duflot, qui aura un candidat socialiste dans sa circonscription.", indique le journal.

Vidéo sur le même thème : Pour retrouver son électorat, la gauche se met au vert

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité