Lors de son déplacement en Chine, Manuel Valls a commenté les récents sondages le plaçant devant François Hollande à l'élection présidentielle de 2017.

A l'occasion de sa visite officielle en Chine, Manuel Valls a commenté le sondage Ifop Marianne qui l'imagine mieux placé que François Hollande à la prochaine élection présidentielle. En une brève confession, le Premier ministre a minimisé l'avance que lui confèrent les sondages. Une attitude de gentleman que rapporte Le Canard Enchaîné dans son numéro du mercredi 4 janvier.

Valls le modeste, acte 1D'après le Canard, le chef du gouvernement est rapidement revenu sur les sondages lui donnant de meilleurs résultats à la présidentielle que l'actuel président. "J'ai peut-être une meilleure cote que Hollande, mais il n'est qu'à un ou deux points de moi, alors qu'il venait de beaucoup plus loin", a déclaré le Premier ministre. Petite blague ou déclaration solennelle, sa vision des choses reste recevable mais aussi admirable, tant l'homme politique parvient à rester fidèle au président de la République.

A lire aussi -Manuel Valls : sa petit blague sur Ségolène Royal à Jérusalem

Valls le modeste, acte 2

Publicité
Manuel Valls s'est également déclaré "loyal vis-à-vis du Président" avant d'insister sur le fait qu'il "n'y a pas de place pour les aventures personnelles".En marge de ces petites déclarations aux journalistes, le chef du gouvernement a demandé à ses ministres de ne pas commenter les sondages, pour ne pas se mettre à dos l’Élysée. D'après l'hebdomadaire, il leur a demandé de mettre en avant la bonne gestion des drames du début d'année dont a fait preuve François Hollande.Si Manuel Valls est arrivé en Chine comme un chef d’État, l'écrit Le Monde, il a malgré tout rappelé qu'il ne s'engagerait pas dans un bras de fer avec François Hollande. Fait notable, pour une fois le message est sans équivoque.

Vidéo sur le même thème - Manuel Valls parle entreprise en Chine, loin des nouveaux sondages