A la surprise générale, elle a annoncé mardi retirer sa candidature en vue des municipales de 2014 à Paris. Rachida Dati s’est expliquée sur son choix ce mercredi et évoque le « délit de sale gueule » dont elle a été victime.

Rachida Dati a créé la surprise : la maire du VIIe arrondissement a annoncé mardi retirer sa candidature et renoncer à la course à la mairie de Paris pour les municipales de 2014. Elle est venue expliquer ce choix ce matin, mercredi, au micro de RTL. Si Nathalie Kusciusko-Morizet est « potentiellement une bonne candidate », Rachida Dati n’avait selon elle aucune chance,  les médias l’ayant déjà déclarée favorite même « sans la moindre présentation d’un projet ».

« Qu'on ne dise pas que je me victimise »Rachida Dati a ainsi estimé n’avoir eu aucune chance, indiquant que « le délit de sale gueule, c’est toujours pour les mêmes ». L’ancienne Garde des Sceaux se défend toutefois de se poser en victime. « Qu'on ne dise pas que je me victimise. Ce n'est pas mon genre. Si je me défends, c'est que c'est un peu légitime » a-t-elle indiqué. Sur les municipales de l’an prochain, Rachida Dati estime néanmoins que « Paris est gagnable » pour la droite, mais conseille à NKM de « faire un geste politique fort en allant se présenter et s'implanter dans un arrondissement qui soit capital » parce que « une élection, ça se gagne sur le terrain. C'est vingt campagnes dans vingt arrondissements, ce n'est pas si simple ».

Publicité
Qui gagnera les primaires à l'UMP ?Quoi qu’il en soit Rachida Dati assume son choix. Les observateurs qui prédisaient et se réjouissaient de débats animés entre les deux candidates de l’UMP resteront donc sur leur faim. Reste que la droite doit encore trouver celui ou celle qui ira disputer la mairie de Paris au PS : ce sont les militants qui devront désigner leur candidat à l’issue de primaires.