Dans une interview accordée mercredi à Bloomberg, la présidente du Front national a confié s’être inspirée du terme "Grexit", utilisé pour évoquer la sortie de la Grèce de la zone euro, pour se trouver son propre surnom.

Voilà un surnom peu commun. Interviewée mercredi par la chaîne américaine Bloomberg, Marine Le Pen ne s’est pas privée de donner son avis sur la question de l’Union européenne, et plus particulièrement sur la sortie éventuelle de la Grèce, comme le révèle Le Lab d’Europe 1. À cette occasion, la présidente du Front national a adapté le terme "Grexit", pour se trouver un nouveau surnom.

"Cela sera Frexit"

"Aujourd’hui, nous parlons de Grexit, demain cela sera sûrement le Brexit (Royaume-Uni), et après-demain, cela sera Frexit", a-t-elle déclaré à nos confrères. Autrement dit, rien de très nouveau concernant le discours de Marine Le Pen au sujet de la question européenne. Mais son surnom, aussi atypique qu’il soit, a de grandes chances de rester dans les annales.

À lire aussi - Présidentielles 2017 : Nicolas Sarkozy pense que Marine Le Pen sera au second tour

Publicité

"Je serai Madame Frexit si l’Union européenne ne nous rend pas notre souveraineté monétaire, législative, territoriale et budgétaire", a-t-elle indiqué, dévoilant quelques-unes de ses ambitions pour 2017, si elle accède au pouvoir.

Pour l’heure, les réactions ne se sont pas fait attendre sur les réseaux sociaux. Philippe Dallier, le vice-président délégué du groupe des Républicains au Sénat, a notamment commenté les déclarations de Marine Le Pen : "Alors que Tsipras recule devant le risque d'un Grexit, Marine Le Pen demande aux Anglais de l'appeler Madame Frexit. Consternant…".

Vidéo sur le même thème - Marine Le Pen : "l'Union européenne est un cauchemar"