Dès le retour des députés à l’Assemblée nationale mardi, l'unité nationale a pris un sacré coup. Les élus de droite et de gauche se sont affrontés dans une ambiance particulièrement tendue.

L’unité nationale n’aura été que de courte durée. Le gouvernement et les députés se sont réunis, mardi, à l’Assemblée nationale dans une ambiance particulièrement électrique. Une partie de la droite a d’abord refusé de se lever pour saluer l’hommage rendu par Manuel Valls au service public (police, pompiers,…) qui a été très actif depuis les attentats de vendredi à Paris.

Comme l’a relevé Rue89, Christiane Taubira, souvent critiquée par la droite pour son prétendu laxisme, a également été huée avant même qu’elle ne commence à parler. Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a subi le même sort dès le début de son intervention. Durant toute la durée des questions au gouvernement, les grondements de la droite se sont ainsi mêlés aux ovations de la gauche. Plusieurs journalistes, pourtant habitués aux invectives dont sont capables les députés, ont vivement critiqué leur attitude, comme le prouve ci-dessous le tweet d'un journaliste du Monde.

"Je pense que tout le monde va se ressaisir"

Claude Bartolone aussi n’a pas échappé aux critiques. Alors qu’il est censé être en campagne pour les élections régionales en Ile-de-France, de nombreux élus se sont étonnés de son retour au Perchoir et l’ont fait savoir. Interrogé sur Europe 1 ce mercredi matin, le président de l’Assemblée national s'est toutefois voulu rassembleur. "Je pense que tout le monde va se ressaisir, a-t-il assuré. Il y avait peut-être plus un climat de campagne électorale à l’Assemblée plutôt qu’une volonté de garder cette unité nationale qui est indispensable."

Publicité
Mais même lui n'a pu s'empêcher de tacler Nicolas Sarkozy. Alors que ce dernier a accordé une interview au Monde dans laquelle il critique l'action du gouvernement, Claude Bartolone a déclaré : "Et quand je vois l’intervention de nos forces de sécurité, il y a ceux qui écrivent et il y a ceux qui agissent".

En vidéo sur le même thème - Congrès à Versailles : peut-on parler d'union sacrée ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité