Exonérés d'impôts, les gains du loto, PMU et autres jeux d'argent pourraient être bientôt taxés. C'est du moins ce que propose un député PS pour renflouer les caisses.

Taxer de 15% les gains des jeux de hasard quand ceux-ci dépassent 30 000 euros, telle est la proposition formulée par Yann Galut, député socialiste du Cher.

Tous les jeux d'argent, qu'il s'agisse de jeux de cartes (comme le poker), de tirage ou de paris sportifs (Loto, Euro Millions, Loto sportif, tombolas, etc.), sont exonérés d'impôts, dès lors qu'il s'agit de gains exceptionnels.

"En pleine crise économique grave, ce serait une source de revenus non négligeable, assure le député socialiste. Encore plus, lorsque l’on sait que les gains de la Française des jeux (FDJ) se sont élevés à 7 milliards d'euros en 2011. " Soit une manne pour l'Etat d'un milliard d’euros de recettes supplémentaires par an.

"Certains gains issus des jeux de hasard me paraissent tout simplement hallucinants. Pensez au dernier gain de l'Euro Millions : 169 millions d'euros, soit 126 siècles de smic (…). Je considère qu'il faut y regarder de plus près, au nom de la justice fiscale et du rétablissement de nos comptes publics" détaille Yann Galut au Point.fr

Une idée qui n'est pas nouvelle mais qui peine à se frayer un chemin face au gouvernement pour qui "ce n'est pas la priorité".

D'autant que l'Etat récupère déjà 40% sur chaque billet de loto vendu. Et 25% sur l'ensemble des jeux de hasard de la Française des jeux. "Avec cette taxe sur les mises, nous redistribuons 2,7 millards d'euros par an à l’Etat, estime un porte-parole de la FDJ. Cela représente 1% du budget de l’Etat." Si la taxe Galut était validée, les jeux de hasard seraient alors doublement taxés : à l’achat et au gain.

Publicité
Quelle conséquence pour les grands gagnants en cas d'adoption de cette mesure ? Le futur gagnant devrait alors verser immédiatement à l’Etat 15% de ses gains. "Il lui resterait tout de même une belle somme, assure Yann Galut. Et si je comprends que cela enlève une partie du rêve, c’est une question de solidarité nationale." 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :