Mercredi, et alors qu’il remettait la Légion d’honneur à Jean Tirole, François Hollande n’a pas pu s’empêcher d’ironiser sur l’attitude des parlementaires la veille à propos de la loi Macron. Découvrez ce qu’il a dit.

C’était sans doute plus fort que lui. Mardi, le gouvernement a essuyé un sérieux revers : la loi Macron n’a pas été votée par l’ensemble des parlementaires de la majorité, si bien que Manuel Valls a été contraint de recourir à l’article 49-3 de la Constitution pour obtenir un passage en force.

A lire aussi – C’est quoi l’article 49-3 de la Constitution

"On a vu combien il a été approuvé par le Parlement"

Une manœuvre vivement critiquée par la classe politique malgré les justifications des membres de l’exécutif et du ministre de l’Economie. Habitué des petites blagues et aux sorties ironiques, c’est presque naturellement que François Hollande est revenu à demi-mots sur cet épisode mercredi. Alors qu’il se trouvait à l’Elysée pour remettre la Légion d’honneur à  l’économiste Jean Tirole, le chef de l’Etat a lâché : "Vous avez travaillé sur le droit des faillites qui a inspiré une partie du projet de loi croissance activité (la loi Macron) dont on a vu combien il était approuvé par le Parlement". Une sortie qui a provoqué les rires de l’assemblée alors réunie.

"Vous êtes un économiste qu'on interroge comme un oracle. La croissance va-t-elle repartir, la courbe du chômage s'inverser, etc. Je veux saluer la dure condition d'être économiste. La politique à côté n'a qu'à rendre des comptes. L'avantage des économistes c'est que ce qu'ils prévoient peut ne pas se produire sans qu'on leur en fasse pour autant procès", a-t-il même ajouté en référence à sa promesse manquée et très critiquée d’inverser la courbe du chômage d’ici la fin 2013.

Hollande ironise aussi sur Pellerin

Publicité
Parti sur sa lancée, François Hollande s’est ensuite laissé aller à ironiser sur la polémique née il y a quelques mois autour des lectures de Fleur Pellerin. La ministre de la Culture avait été sévèrement railler par les internautes après avoir déclaré qu’elle n’avait "pas du tout le temps de lire depuis deux ans". Aussi, et alors qu’il remettait cette fois-ci la Légion d’honneur à l’écrivain Patrick Modiano, le président a précisé avec humour : "Patrick Modiano, vous êtes écrivain, je le dis pour ceux qui n’ont pas connaissance de vos ouvrages".

Vidéo sur le même thème : les confidences de Fleur Pellerin à propos de ses lectures