Dans "Le mauvais génie", les journalistes Ariane Chemin et Vanessa Schneider dévoilent quantité d’anecdotes sur l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Un récit qui en dit long sur l’influence qu’il avait sur l’ex-chef d’Etat.

Patrick Buisson a été un collaborateur très écouté de Nicolas Sarkozy pendant tout son mandat. Son nom a ensuite été largement évoqué dans la presse en 2014 lorsque Le Point a révélé qu’il avait enregistré tous ses entretiens avec l’ex-chef d’Etat. Des extraits ont même été publiés dans le Canard Enchaîné et Atlantico, et les époux Sarkozy ont porté plainte pour violation de leur vie privée, à la fois contre Atlantico et contre Patrick Buisson.

A lire aussi - Affaire Buisson : "furieux", Nicolas Sarkozy contre-attaque

Il lui aurait conseiller de dénoncer les accords d’Evian

Un an après, ce dernier porte un nouveau coup à l’ancien locataire de l’Elysée. Dans Le mauvais génie, deux journalistes du Monde, Ariane Chemin et Vanessa Schneider mettent en lumière la face cachée de cette éminence grise de Nicolas Sarkozy, anciennement journaliste pour Minute et Valeurs Actuelles, mais aussi conseiller de Philippe de Villiers.

Aussi, apprend-on notamment comment, en pleine campagne pour la présidentielle de 2012, Patrick Buisson avait convaincu l’actuel président de l’UMP de dénoncer les accords d’Evian qui ont mis fin à la guerre d’Algérie. Les deux auteurs écrivent en effet qu’ "un temps déconcerté" par cette idée, le candidat aurait "fini par se laisser convaincre". Il devait même aborder le sujet le soir du 26 avril sur le plateau de France 2. Mais finalement, il s’est rétracté. "Je ne l’ai pas senti", aurait-il lâché à son équipe après son passage à la télévision.

A lire aussi - Mais qui est Patrick Buisson ?

Les surnoms peu flatteurs qu’il donnait à Nicolas Sarkozy

Publicité
Un revirement qui aurait plongé son conseiller dans une rage folle. Ce "nabot", n’a "aucun courage", aurait-il fulminé, rapporte le JDD qui a publié les bonnes feuilles du livre. L’ouvrage nous renseigne d’ailleurs sur les surnoms que Patrick Buisson avait l’habitude de donner à Nicolas Sarkozy dans son dos : "Naboléon", "talonnettes", "tête creuse", "le zinzin" ou encore "le petit". Des sobriquets qui contrastent avec la manière dont Nicolas Sarkozy qualifiait son conseiller : ma "boussole" ou "mon hémisphère sud", assurent Ariane Chemin et Vanessa Schneider.  

A voir en vidéo : Patrick Buisson, l'homme qui murmurait à l'oreille du président