Alors qu’il avait pourtant assuré avoir "mieux à faire" que lire le livre de l’ex-compagne du président de la République, le maire UMP de Bordeaux aurait fait ouvrir une librairie de sa ville pour s’en procurer un exemplaire.

Difficile de démêler le vrai du faux. Selon les informations du Parisien, Alain Juppé aurait clairement dit qu’il ne lirait pas le livre de Valérie Trierweiler, intitulé Merci pour ce moment et en rupture de stock depuis vendredi. "Non, il y a mieux à faire", aurait-il estimé samedi en marge d’un campus des jeunes UMP organisé à La Baule. Une information quelque peu mise à mal par les révélations faites dimanche par le Journal du Dimanche (JDD). L’hebdomadaire a en effet rapporté que, contrairement à ce qu’il avait pu déclarer la veille, Alain Juppé avait l’intention de lire ce livre qui fait tant jaser. Pressé, le maire de Bordeaux aurait même fait ouvrir une librairie de sa ville, la librairie Mollat, la veille de la date officielle de parution de l’ouvrage, à savoir mercredi.

A lire aussi – Livre de Valérie Trierweiler : les raisons de le lire… ou pas

« C’est de l’affabulation totale »Faux et archi faux, rétorque pourtant le libraire. Interrogé par les journalistes de Sud Ouest, Denis Mollat a vivement réagi : "Je conteste énergiquement ces faits. C’est de l’affabulation totale. Je ne sais où cette information a été pêchée. Des oreilles risquent de siffler car c’est une information totalement absurde". Et celui-ci d’ajouter que la seule fois où il a fait "une exception à la règle" d’ouverture de son magasin, c’était lorsque le "président de la République du Portugal souhaitait visiter la librairie". Quant au principal intéressé, son entourage s’est refusé à tout commentaire, laissant simplement entendre que "ce n’est pas vraiment le genre de la maison", précise également le journal local.

A lire aussi  - Livre de Valérie Trierweiler : une juteuse affaire pour l’ex du président !

Publicité
Sorti jeudi, Merci pour ce moment s’est vendu à 50 000 exemplaires dès je premier jour avant d’être annoncé en rupture de stock le lendemain. Tiré à 200 000 exemplaires, celui-ci devrait rapporter plus de 600 000 euros à son auteure, Valérie Trierweiler.

Vidéo sur le même thème : Le livre de Trierweiler fait fureur !