INDIGNATION – Alors qu'un ouvrage sur Jacques Chirac fondé sur le témoignage de Daniel Le Conte, l'un de ses anciens collaborateurs, est sur le point d'être publié le 5 octobre prochain, sa fille Claude déplore une initiative qui n’a pas reçu l’assentiment de sa famille et appelle au respect. 

"Ce qui est important pour nous aussi, c’est de dire que c’est une démarche qui vient heurter de plein fouet les principes fondamentaux de dignité, de respect, de retenue qui ont toujours guidé l’existence de mes parents". Interviewée dans les colonnes du Parisien, Claude Chirac a décidé de sortir de son silence et de s'exprimer avant que le livre "Président, la nuit vient de tomber" consacré à son père ne sorte jeudi prochain en librairie. De toute évidence, la fille de l'ancien président de la République n'avait pas été tenue informée qu'un tel ouvrage était en préparation. Elle a donc décidé de prendre la parole afin d'expliquer que sa famille et elle n'étaient au courant de rien. Elle a, par ailleurs, insisté sur le fait que jamais son père n'aurait accepté la sortie de celui-ci.

A lire aussi : Jacques Chirac : les raisons de son succès

Un livre écrit à l'insu de Jacques Chirac

"Je ne veux pas polémiquer, mais je souhaite dire - haut et fort - que ce livre a été fait à l’insu de Jacques Chirac et de sa famille", a-t-elle souhaité préciser. Pourtant, tout avait, a priori, bien commencé. En effet, Arnaud Ardoin, l'auteur du livre, a expliqué dans les colonnes de Paris Match que Claude Chirac avait demandé à Daniel Le Conte de veiller sur son père pour "être à ses côtés". Il était également question qu’il "l’aide à préparer ses entretiens avec ses visiteurs, le tienne au courant de l’actualité".

"Un choc assez violent"

Publicité
Présenté également comme le confident de Jacques Chirac, Daniel Le Conte, décédé en juillet dernier d'une crise cardiaque, aurait donc été à l'encontre des volontés de l'ancien l'ancien locataire de l’Élysée. Selon Claude Chirac, "ça a quand même été un choc assez violent d’en découvrir l’existence il y a quelques semaines, comme de découvrir, hier, en allant acheter des cigarettes, la couverture de Paris Match." (…) "Jacques Chirac a décidé d’être dans un quotidien qui, dorénavant, est strictement privé et je pense qu’il a le droit à ce respect là comme n’importe qui. (…) Notre père nous a toujours dit qu’au regard des vraies souffrances des hommes, il était indécent d’étaler en public le moindre état d’âme. On se tient droit. Et donc, vous imaginez bien que jamais il n’aurait pu cautionner une telle démarche." Et de conclure dans les colonnes du Parisien : "Tout cela nous plonge dans une extrême tristesse."

En vidéo - Jacques Chirac est "complètement guéri"