En voulant justifier le probable nouveau nom de l’UMP, le président du parti a déclaré que les socialistes étaient "d’abord socialistes", avant d’être républicains.

C’était la première fois que Nicolas Sarkozy parlait ouvertement des "Républicains", le très probable nouveau nom du parti. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le président de l’UMP n’y est pas allé de main morte pour justifier ce choix.

Invité mercredi à Nice par Éric Ciotti, le député des Alpes-Maritimes, qui lui présentait son plan de lutte contre la fraude fiscale, l’ancien chef de l’État en a profité pour expliquer ce qui différencier son mouvement du Parti socialiste.

A lire aussi - Les cinq choses qui vont changer à l'UMP

Et pour ce faire, le président de l’UMP a invoqué la République, un choix pas innocent puisque la nouvelle appellation du parti de droite sera très probablement "Les Républicains", comme Nicolas Sarkozy le voudrait. Et pour bien justifier le choix de ce nouveau nom, ce dernier n’a pas hésité à déclarer, après avoir dit que le mouvement qu’il préside se composait "de républicains avant toute chose", qu’au contraire, "les socialistes sont d’abord socialistes", selon des propos rapportés par Le Figaro.

Une formule que Nicolas Sarkozy répéterait en boucle selon le magazine Challenges qui le cite : "Les socialistes d’aujourd’hui ne sont plus républicains, ils sont socialistes et rien d’autres."

Publicité
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, n’a visiblement pas apprécié le comparatif, et le fait savoir su Twitter : "Nicolas Sarkozy ne connait pas Jaurès. Le socialisme c’est la République jusqu’au bout", écrit-il sur le réseau social.

Vidéo sur le même thème : UMP ou Les Républicains, "ça ne changera absolument rien"