Alors que le nouveau patronyme de l'UMP sera annoncé le 30 mai prochain, un nom se démarque déjà. 

On connaissait la date de naissance du nouveau parti dirigé par Nicolas Sarkozy, le 30 mai lors du Congrès de l'UMP, mais l'on n'avait encore aucune idée du futur nom de celui-ci. Selon les informations d'Europe 1, le président du parti souhaiterait que "Les Républicains" s'impose. Grande annonce de l'ex-chef d'Etat lors de son retour en politique, le futur patronyme aurait pu être "Le Rassemblement", finalement écarté en faveur d'un nouveau nom d'inspiration américaine.

A lire aussi - L'UMP sera finalement rebaptisée le 30 mai prochain

Vers l'ouverture

"Les Républicains" n'est pas choisi au hasard. S'il renverra au parti conservateur américain pour certains, dans l'Hexagone, son but sera davantage de tendre la main aux républicains de la droite et du centre. Une ouverture que cherche à tout prix Nicolas Sarkozy depuis qu'il souhaite "chambouler" de "fond en comble" le parti. "Le Rassemblement" était déjà orienté ainsi. Dans son interview au Figaro, le patron de l'UMP avait d'ailleurs déclaré : "ce sera une formation beaucoup plus large, plus rassembleuse, plus dynamique, ouverte à tous ceux qui voudraient préparer l'alternance, et notamment au centre". Une volonté affichée de reprendre le leadership de l'alternative politique alors que Marine Le Pen y prétend.

A lire aussi - Changement de nom de l'UMP : pourquoi Sarkozy y tient-il tant ? 

Une rupture avec l'extrême droite

Publicité
Derrière "Les Républicains" se cache aussi la volonté de tourner le dos au Front national. Si le but est d'unir les différents courants de l'UMP, voire plus, le clivage avec le parti frontiste est d'ores et déjà annoncé. Le nouveau nom de la machine à gagner de Nicolas Sarkozy aurait reçu l'aval des anciens militants du Parti républicain et du RPR présents chez l'UMP. Cependant, un cadre du parti s'est dit inquiet auprès du Parisien : "Après l'UMPS, Marine Le Pen va s'en donner à cœur joie avec les Ripoublicains !".

Vidéo sur le même thème - Nicolas Sarkozy reparle du "FNPS"