L’avocat Arnaud Claude, associé du président de l'UMP, aurait bien orchestré l’évasion fiscale du couple Balkany.

Arnaud Claude, associé depuis 1987 au sein du cabinet "Claude & Sarkozy", aurait bien participé à la mise en place de l’évasion fiscale du couple Balkany, selon les informations de Libération.

Patrick Balkany a été mis en examen, en octobre dernier, pour "blanchiment de fraude fiscal", "corruption" et "blanchiment de corruption".

Selon le journal, Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon, les juges chargés de l’enquête ont pu établir qu’un virement de 200 000 dollars a été envoyé depuis une société écran suisse sur un compte à Singapour. Le bordereau du virement porte une inscription manuscrite : "Partie des honoraires de Me Claude".

Soupçonné d’avoir aidé Patrick Balkany à acheter la villa marocaine

Mis en examen en octobre 2014 pour "blanchiment de fraude fiscale", l’avocat est soupçonné d’avoir aidé Jean-Pierre Aubry, le bras droit de Patrick Balkany, à acheter la villa de plusieurs millions d’euros à Marrakech (Maroc).

A lire aussi -Affaire Balkany : un avocat proche de Sarkozy dans le viseur de la justice 

Dans les colonnes du journal, on apprend que les juges détiennent la preuve que l’associé de Sarkozy était présent lors d’une rencontre entre Jean-Pierre Aubry et Gestrust, une société fiduciaire suisse basée à Genève. De ce rendez-vous aurait découlé la création de deux sociétés panaméennes.

L’une ayant pour objectif de "recevoir et ventiler" cinq millions d’euros appartenant à Patrick Balkany après un projet de rachat de mine d’uranium en Namibie en 2008. La seconde aurait servi à acquérir la luxueuse villa au Maroc. 

Une défense qui tombe à l’eau 

Depuis sa mise en examen, Arnaud Claude nie être intervenu directement dans ce montage financier déclarant que ces accusations n’étaient "confrontées à aucun élément matériel". "Je n’avais aucune connaissance ni compétence pour gérer ce genre de situation", a indiqué l’avocat aux enquêteurs, en mars dernier.

L’avocat aurait également déclaré que le versement des 200 000 dollars sur un compte singapourien était bel et bien à l’attention d’une personne nommé "Repkow". Ce destinataire est en réalité son neveu, représentant de l’Union bancaire privée (UBP) en Asie pacifique. La banque suisse aurait été sollicitée par Jean-Pierre Aubry pour "des études sur fonctionnement des placements".

Mais selon Libération, c’est "une version qui vient de voler en éclats. Non seulement Arnaud Claude a géré activement le trust ouvert à Genève, mais il est aussi fortement suspecté d’avoir été grassement payé pour le faire".

Publicité
Un autre transfert d’argent d’un montant de 250 000 dollars datant du 21 juillet 2009 est également dans le collimateur de la justice. La mention manuscrite indiquerait cette fois : "commission rétroactive". 

Vidéo sur le même thème : Isabelle Balkany reconnaît pour la première fois une fraude fiscale