La réputation des Balkany est pour le moins sulfureuse. Plusieurs fois inquiété par la justice, Patrick Balkany y est pour beaucoup dans l'image véhiculée par le célèbre couple de Levallois-Perret.

© AFP

AFP

Ce n’est pas la première fois que le nom Balkany est cité dans une affaire judiciaire ou dans des scandales médiatiques. Planet.fr fait le point sur les casseroles traînées par Patrick et Isabelle Balkany.

Lire aussi : Isabelle Balkany placée en garde à vue

Une première condamnation en 1996

Deux ans d’inéligibilité, 15 mois de prison avec sursis et 200.000 euros d'amende.

Voilà ce à quoi a été condamné Patrick Balkany pour avoir rémunéré sur le compte de la mairie des "employés municipaux" qui s’occupaient en réalité de l’appartement et de la maison secondaire du couple. Du personnel de maison aux frais du contribuable en somme.

Une accusation de viol

L’année 1996 est particulièrement difficile pour les Balkany. Trois mois après sa condamnation, une conseillère de Boulogne-Billancourt a accusé le maire de Levallois de lui avoir imposé une fellation à l’aide d’un pistolet braqué sur la tempe. Si la plaignante a fini par se rétracter, la réputation de l’homme politique ne cessait de se dégrader.

Un faux patron de radio

Exilé à Saint-Martin pour fuir l’agitation médiatique inspirée de ses déboires judiciaires, Patrick Balkany se serait fait passer pour le patron de la radio locale RCI2. C’est en tout cas ce que rapporte L’Express en 1998 qui indique que la radio aurait engagé des poursuites contre lui.

Diffamation et injures

En 2003, l’édile de Levallois est condamné pour "images vexatoires et empreintes de mépris visant à abaisser et ridiculiser de façon publique" l'élue communiste Annie Mandois par le tribunal correctionnel de Naterre. Il a été contraint de lui verser 1500 euros de dommages et intérêts.

Accusé de harcèlement sexuel

"Cet après-midi je suis tout seul à la mairie, Isabelle n'est pas là, ce serait bien que tu passes" voilà le genre de phrase que Patrick Balkany aurait balancé à l’ancienne judokate Marie-Claire Restoux qui faisait partie de sa liste pour les municipales de 2001. En 2010, elle s’est publiquement dit victime d’harcèlement sexuel mais n’a pas porté plainte.

Menaces et violences

Le socialiste Gilles Catoire a porté plainte en 2012 contre l'élu des Hauts-de-Seine pour "menaces et violences par une personne dépositaire de l'autorité publique sur une personne dépositaire de l'autorité publique". "Zéro incident" selon Isabelle Balkany qui indique que son mari l’a seulement "attrapé par la capuche de sa parka pour essayer de lui parler".

Hors de lui, il subtilise la caméra de BFMTV

S’agaçant qu’un journaliste évoque ses ennuis judiciaires, le maire de Levallois a violemment subtilisé la caméra de son intervieweur. "Cassez-vous !" lui a-t-il lancé en allant se réfugier dans sa permanence. Problème, la caméra tournait encore et la chaîne a pu diffuser ces images après qu’Isabelle Balkany ait rendu le matériel à BFM.

Blanchiment de fraude fiscale

Publicité
Le parquet de Paris a ouvert en octobre 2013  une enquête à l’encontre du couple Balkany pour blanchiment de fraude fiscale, après des révélations de leur ex-allié Didier Schuller. Confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales, l'enquête a pour but de déterminer si le couple a fraudé le fisc en plaçant ses avoirs à l'étranger. C’est dans ce cadre qu’Isabelle Balkany a été placée en garde à vue hier. Celle-ci a été prolongée aujourd’hui.

Vidéo : Patrick Balkany s'emporte face à la caméra

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité