Sur Twitter, le député leader de la "droite populaire" s'est permis de comparer l'enlèvement des jeunes adolescentes nigérianes avec l'histoire de l'esclavage. Depuis, les réactions pleuvent réclamant des sanctions à l'égard de ces propos jugés scandaleux.

© Capture Twitter

 

En général, s’essayer à comparer deux contextes historiques profondément différents n’apporte rien si ce n’est de sévères critiques.

Après le parallèle que Nicolas Sarkozy avait fait entre la justice française et la stasi, le député des français de l’étranger Thierry Mariani, s’est aussi lancé dans une comparaison qui, en plus d'être incorrecte, paraît profondément douteuse.

Lire aussi : "Africanisation" de Marseille : la polémique enfle autour de Guy Tessier

Réagissant à l’enlèvement survenu mi-avril de plus de 200 lycéennes nigérianes par la secte islamiste Boko Haram, l’élu UMP a livré son analyse de la situation sur Twitter.

"L'enlèvement par la secte Boko Haram rappelle que l'Afrique n'a pas attendu l'Occident pour pratiquer l'esclavage: déculpabilisation".

Sitôt posté, le message de ce leader de la "droite populaire" n’a pas manqué de faire réagir les élus socialistes qui ont faire part de leur indignation sur le même réseau social. Le député PS du Cher Yann Galut a ainsi indiqué: "Le Tweet du député UMP Mariani est tout simplement scandaleux et honteux !". Ce dernier a également fait une demande officielle au président de l’UMP Jean-François Copé pour que l’auteur de ces propos soit sanctionné par son parti.

Publicité
Même son de cloche de la part d’autres députés PS comme Alexis Bachelay ou de l’humoriste Sophia Aram soutenant que ce tweet démontre que "la connerie est universelle". Du côté de l’UMP, aucune réaction. Il paraît bien évidemment difficile de soutenir l’idée selon laquelle le rapt des 276 écolières nigérianes permet de déculpabiliser l’occident de l’esclavage.   

Vidéo sur le même thème : Nigéria : Boko Haram s’en prend aux étudiants

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité