Ce jeudi, Pierre Arditi n'a pas caché son envie de voir Dominique Strauss-Kahn revenir en politique. Le retour de l'économiste est-il possible ? 

En politique, "ce n'est jamais cuit pour personne", a déclaré Pierre Arditi ce jeudi sur RMC. Une déclaration faisant référence à son ami Dominique Strauss-Kahn dont l'acteur espère le retour en politique. Mais son souhait est-il réalisable ? Depuis l'affaire du Sofitel, bon nombre de théories confirment puis infirment un éventuel retour de l'ancien président du Fonds Monétaire International (FMI). Analysons pourquoi, ou pas, la nouvelle carrière politique de DSK est plausible.

Un sondage de bon augure

Souvenez-vous, en mars 2014 Le Parisien Magazine avait réalisé un sondage qui avait fait beaucoup de bruit. Montrant des résultats inattendus et surprenants, l'étude n'avait pas été publiée par le magazine. C'est finalement France Info qui avait révélé cette enquête. Celle-ci montrait qu'à la question "Quelle personnalité ferait mieux que François Hollande", 56% des Français répondaient "DSK". Devançant tous les autres hommes politiques (le second était Alain Juppé, avec 53%), l'ancien président du FMI pouvait se vanter d'avoir les faveurs des Français.

A lire aussi - DSK ferait mieux que François Hollande, selon un sondage gardé secret

Un homme compétent

Selon Carl Méeus qui intervenait sur France Inter en juin 2014, les raisons de ces chiffres étaient multiples. Evidemment, l'impopularité de François Hollande couplée à l'amateurisme qu'on lui a souvent reproché expliquaient en partie ces résultats. Mais d'après Carl Méeus, ce sont surtout les "compétences économiques" de Dominique Strauss-Kahn qui étaient reconnues. "En période de crise, les Français sont peut-être prêts à oublier certains épisodes peu glorieux de sa vie privée", avait-il déclaré. Et il est vrai que s'il y a une chose qu'on ne peut pas retirer à DSK, ce sont bien ses compétences économiques. Ancien patron reconnu du FMI, il est un des plus grands spécialistes de l'économie.

Les retours en grande pompe existent

Puis, il y a cette idée que les retours en politiques se sont déjà vus. Pierre Arditi a d'ailleurs évoqué quelques précédents. "Laurent Fabius, à une certaine époque, a été vilipendé pendant l'affaire du sang contaminé (en 1991). Il a été traîné dans la boue, il est maintenant ministre des Affaires étrangères". Un constat que l'acteur a prolongé : "Alain Juppé a mis la moitié de la France dans la rue en 1995. Il est aujourd'hui en odeur de sainteté et pas seulement chez les gens de droite". Des conclusions factuelles qui ne peuvent être contredites. D'ailleurs, Le Huffington Post constatait déjà cette rédemption politique du maire de Bordeaux, mais vis-à-vis de sa condamnation à 14 mois de prison avec sursis en 2004 lors de l'affaire des emplois fictifs. Comme quoi, tout est possible.

A lire aussi - Affaire du Sofitel : "DSK a été piégé, Nafissatou Diallo n'était pas là par hasard"

Le talent peut-il l'emporter sur la morale ?

Mais si des retours inattendus ont parfois vu le jour, ils ne faisaient pas suite à des affaires personnelles. Avec les charges qui pesaient sur Dominique Strauss-Kahn lors de l'affaire du Sofitel ainsi qu'avec le procès du Carlton, c'est directement la personne de l'ancien patron du FMI qui était visée. Dans un récent sondage du Parisien, si 79% des Français estiment qu'il ferait un meilleur président que François Hollande, 56% ne souhaitent pas le voir revenir en politique. D'après cette étude réalisée par Odoxa, les Français le jugent immoral et misogyne. Un sentiment qu'a déploré Pierre Arditi sur RMC, "maintenant on va nous expliquer comment il faut qu'on baise ?", s'est-il indigné au sujet du récent procès.

A lire aussi - Sexualité "rude", soirée "boucherie" : le procès du Carlton ou le grand déballage de la sexualité de DSK

Trop tard pour DSK

C'est surtout l'âge de de Dominique Strauss-Kahn qui semble être un barrage à son éventuel retour en politique. S'il est certain qu'en cas de retour, l'homme politique viserait la présidentielle de 2017, il atteindrait les 68 ans, un âge pour le moins avancé. Comme l'explique Chrisitian Delporte, historien et auteur de Come Back ! Ou l'art de revenir en politique : "retrouver une bonne image lui demanderait trop de temps. Pour lui, c'est terminé, il est trop vieux".

Et s'il n'en avait pas envie ?

Publicité
Mais au fait, qu'en est-il de la volonté de Dominique Strauss-Kahn ? Si son éventuel retour suscite bon nombre de réactions, le souhaite-t-il lui même ? A-t-il envie de s'exposer à de nouvelles critiques, à un nouvel "acharnement" comme on a pu voir certains qualifier ce qu'il a vécu ? L'homme qui vit aujourd'hui de ses interventions au quatre coins du monde pour apporter ses connaissances économiques n'a peut-être tout simplement pas envie de revenir. Si Pierre Arditi estime que "c'est dommage que la politique se passe d'un type comme ça", peut-être que son ami, lui, s'est fait à cette idée.

Vidéo sur le même thème - Pierre Arditi sur DSK : "Maintenant on va nous expliquer comment il faut qu'on baise ?"