Le magazine l’Express révèle que le ministre des Affaires étrangères avait dès 2011 préparé une feuille de route pour le candidat socialiste à la présidentielle.

L’actuel ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a rédigé en 2011 un rapport de 350 pages intitulé "La mission première année" devant être remis au candidat socialiste François Hollande, révèle l’Express.

Le document, distribué qu’à une dizaine de dirigeants, est la traduction, "version réaliste", du projet du Parti socialiste et un vivier d’idées pour le candidat Hollande, qui vient de remporter la primaire socialiste. 

Le document pointe le taux de croissance irréaliste envisagé par le PS

 Dans celui-ci est inscrit le calendrier des réformes à mener, de même que les grandes lignes du quinquennat de François Hollande, avant même qu’il soit élu président de la République. Laurent Fabius, dressant "un tableau lucide" de la situation économique, souligne que les prévisions annuelles de croissance retenues par le PS (2,5%) sont irréalistes. Il met en garde également contre une politique d’austérité qui entraînerait une forte baisse de la croissance.

A lire aussi Laurent Fabius est-il malade ? Il répond

L’actuel ministre des Affaires étrangères indique aussi dans ce document qu’il faut "muscler politiquement le discours envers les fonctionnaires, un électorat (5 millions de voix) favorable [au PS, NDLR] bien qu’il ne faille pas négliger la part prise par la droite et le FN (ce dernier mène une politique active de séduction)."

Fabius imagine même les angles d’attaque de Sarkozy

Le nom de Nicolas Sarkozy revient longuement dans ce rapport où Laurent Fabius imagine les angles d’attaque de l’adversaire du candidat socialiste en lui faisait dire : "Je sais ce que c'est que d'agir, décider, faire preuve de courage dans l'adversité. Je ne vois pas ces qualités dans votre CV." "Je serai le président qui maîtrisera les flux migratoires et qui refusera les dérives intégristes. Vous serez le président de la régularisation des sans-papiers et d'un Etat faible face à l'islamisme.", fait-il encore dire à Nicolas Sarkozy.

Publicité
Après lecture de ce document, l’hebdomadaire conclut que celui-ci "met en lumière les défaillances du quinquennat, la difficulté de François Hollande à dire la vérité, à faire preuve de rapidité."

Vidéo sur le même thème : Mea culpa de Hollande sur la TVA sociale : "Il n'était pas très à l'aise" relève Fressoz