Dans un article du Figaro, se dessinent plus précisément la stratégie de retour de Nicolas Sarkozy ainsi que les principales propositions qu'il entendra défendre.

Il a jusqu’au 30 septembre pour déposer sa candidature à la présidence de l’UMP signant officiellement son retour en politique. Nicolas Sarkozy dispose donc de quelques jours pour laisser filtrer les coulisses de sa reconquête, de faire du "teasing", histoire de peaufiner la parfaite mise en scène de son "come-back" providentiel.

Si Frank Louvrier a déclaré que la décision de se porter candidat à la tête de l’UMP n’était qu’à l’étude et que celle-ci avait "besoin de temps pour mûrir", pour Le Figaro en revanche, la décision "est prise". De celle-ci découlerait un plan d’action précis comprenant bon nombre de propositions fortes.

Un changement de nom pour l’UMP ?

Selon Le Figaro , l’ancien locataire de l’Elysée "a déjà en tête un plan d’action" selon lequel il entend révolutionner le parti d’opposition. "Il veut changer les équipes, le programme, l’organisation et le nom" croit savoir notre confrère Charles Jaigu qui couvre pour le quotidien les coulisses d'un retour qui ne fait plus aucun doute.

Dès lors, s’il s’agit vraiment "d’un secret de polichinelle" comme l’a affirmé ce lundi Alain Minc, quand-est ce que Nicolas Sarkozy a-t-il prévu d’annoncer son retour ?

>> Lire aussi : Alain Juppé ne craint pas le retour de Nicolas Sarkozy

Une annonce le 18 septembre ?

Selon plusieurs sources, sans bien évidemment que cela soit confirmé par l’intéressé qui tient sans doute à ménager son effet de surprise, le candidat malheureux à la présidentielle de 2012 pourrait s’exprimer aux alentours du 18 septembre. Si cette date est dans toutes les têtes à droite, c’est parce que c’est le jour choisi par l’Elysée pour la conférence de presse de rentrée de François Hollande. Ainsi, il s’agirait donc de couper l’herbe sous le pied du président de la République et d’achever une rentrée déjà cauchemardesque pour l’exécutif.

>> Lire aussi : Cinq choses à savoir sur Alain Juppé

Cela permettrait également à Nicolas Sarkozy de se hisser directement au niveau du chef de l’Etat et de reléguer Alain Juppé à un adversaire de second plan, à une formalité. En effet, l’ex-locataire de l’Elysée a réitéré ce week-end son analyse à l'égard du maire de Bordeaux  : "Juppé a beaucoup de qualités, mais il aura 72 ans en 2017"…

Reste à savoir quelle forme prendra son annonce (réseaux sociaux, tribune, interview etc.).

Le virage centriste

"Si je reviens, je veux incarner la droite et le centre" aurait déclaré Nicolas Sarkozy selon les propos rapportés hier par Le Figaro. Une position paraissant similaire à celle de son potentiel adversaire Alain Juppé qui milite depuis plusieurs mois pour un rapprochement avec "la famille" centriste.

Or cette main tendue vers le centre de l'échiquier politique ne va pas sans contredire ses positions très droitières défendues pendant sa campagne de 2012 marquée, entre autres, par la fameuse "ligne Buisson".

Publicité
De surcroît, la remise en cause de l'espace Schengen qu'il avait formulé dans sa tribune publiée en mars dans Le Figaroparaît de prime abord en contradiction avec les velléités pro-européennes et libérales des centristes. Mais sans doute qu'Alain Juppé, qui s'est dit "chiche" de l'affronter, saura lui rappeler.

 

A voir également en vidéo : Nicolas Sakozy salue des touristes lors de son jogging à Beverly Hills 

En imagesPrimaires de l'UMP : ceux qui sont dans la course

Alain Juppé

Ce mardi sur son blog, le maire de Bordeaux a rendu officielle sa candidature à la primaire de l'UMP. En effet, il a pour ambition de la remporter afin de se présenter aux élections présidentielles de 2017.

Nicolas Sarkozy

 Selon Brice Hortefeux, les primaires de l'UMP "c'est secondaire", pour Nicolas Sarkozy. Si rien a été officialisé de son côté, il serait toujours favori dans les sondages, a révélé Le Parisien.

François Fillon

François Fillon nourrit des ambitions présidentielles. Si pour l'instant rien n'est décidé du côté de l'ancien Premier ministre, il compte parmi les ténors du parti qui pourront barrer la route à Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy.

Jean-François Copé

Bien qu'ostracisé depuis l'affaire Bygmalion, l'ancien président de l'UMP ne renonce pas à ses ambitions, loins s'en faut. Et si les primaires pour 2017 lui semblent lointaines, Jean-François Copé compte bien régler ses comptes avec les cadres de l'UMP. N'a-t-il pas annoncé récemment qu'il y aurait "du sang sur les murs" ? À suivre.

Christian Estrosi

Christian Estrosi est prêt représenter l'UMP en 2017, il est même l'un des premiers à en avoir fait l'annonce. Mais ceci à une seule condition ! Au seul cas où Nicolas Sarkozy ne reviendrait pas... Une façon pour le maire de Nice de préparer le terrain pour le retour de l'ancien président.

Xavier Bertrand

Cela fait un petit moment que Xavier Bertrand entend jouer les "outsiders" pour représenter le parti d'opposition en 2017. En témoignent ses nombreuses prises de position sévères à l'égard de Nicolas Sarkozy.

Nathalie Kosciusko-Morizet

 "Pour la primaire ? Je n'exclus pas. Il faudra voir où on en est à ce moment-là", avait-elle déclaré. Bien qu'elle n'ait pas remporté la mairie de Paris, NKM pourrait donc bien tenter de faire face à la concurrence, très masculine, de la primaire à l'UMP.

Bruno Le Maire et Hervé Mariton, les canditats à la présidence de l'UMP

  Ils sont tous deux candidats à l'élection de la présidence de l'UMP qui devrait se dérouler en 2016 et non pas à la primaire. Mais la présidence du parti est souvent considérée comme une étape en vue de la présidentielle à venir. C'est pour cette raison que Nicolas Sarkozy tenait tant à la tête de l'UMP en 2007 et que François Fillon et Jean-Fra...

Autres diaporamas

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité