La présidente du FN hésite à se présenter aux régionales dans le Nord de peur de mettre en scène une rivalité entre les deux femmes. De son côté, la benjamine de l’Assemblée nationale ne manque pas d’afficher ses différences avec sa tante.

En plus de partager un même prénom - Marine s’appelant officiellement Marion – les deux femmes partagent un lien affectif depuis la naissance de la jeune femme. En effet, en l’absence de son père biologique, Marion Maréchal-Le Pen a été élevée avec l’aide de sa tante.

Mais cette affection n’empêche pas l’une et l’autre de partager un point de vue différent quand il s’agit de politique. Marion Maréchal-Le Pen étant la représentante d’une ligne plus conservatrice que sa tante.

A lire aussiFamille Le Pen : ce lien méconnu qui unit Marine à sa nièce Marion

Une émancipation en plusieurs étapes

Ainsi, la benjamine de l’Assemblée nationale a été très active durant l’année 2013 dans les cortèges de la "Manif pour tous", suite à l’instauration du mariage homosexuel. Dans le même temps, la présidente du Front national louvoyait sur sa décision de participer ou non à ce grand rassemblement des opposants à la loi Taubira. Elle décidera finalement de ne pas y participer au grand dam des militants du parti qui ont apprécié, du même coup, la venue de sa nièce aux manifestations.

En novembre 2014, au moment du congrès du parti, des tensions étaient apparues entre la jeune femme et Florian Philippot, bras-droit de Marine Le Pen et en phase avec la vision politique de cette dernière. Autant dire que s’attaquer à lui, revient à s’attaquer à la ligne définie par la présidente du parti. "Il y a des nuances entre Florian Philippot et moi", admettait même le député du Vaucluse.

Un mois après, elle se permet de publier une tribune dans Valeurs Actuelles pour dénoncer le choix de sa tante d’accueillir Sébastien Chenu, transfuge de l’UMP et fondateur de GayLib. Elle y déclarait, entre autre : "La sexualité n'est pas un programme politique, pas plus que l'origine ou la religion", dénonçant peu après le "communautarisme militant".

L’émancipation de Marion Maréchal-Le Pen a de nouveau été constatée en janvier de cette année quand la jeune femme avait, contre l’ordre de Marine Le Pen, relayé une vidéo de l’eurodéputé FN, Aymeric Chauprade, dans laquelle celui-ci déclarait que la France était "en guerre contre des musulmans".

Un duel "Marine vs Marion" hérisse la présidente du FN

Mais ce qui pourrait le plus inquiéter Marine Le Pen, c’est l’ascension fulgurante que prend sa nièce au sein du parti et qui n’est pas sans rappeler la sienne. Ainsi, lors du dernier congrès du Front national, la jeune femme est arrivée en tête des votes des militants, devançant de 11 points le protégé de la présidente du parti, Florian Philippot.

A lire aussiExclusif - Gilbert Collard : "Marion Maréchal-Le Pen est dans l’obéissance à Marine"

En 2012, lorsqu’elle a été élue député du Vaucluse, elle se trouvait alors "en concurrence" avec sa tante qui, elle, avait échoué de quelques voix à la députation du Pas-de-Calais. C’est ainsi que pour les régionales prévues en décembre prochain, Marine Le Pen hésite à se présenter dans le Nord. Elle ne veut pas, selon Europe 1, d’une histoire "Marine vs Marion" et "sait parfaitement que si elle déclare à son tour sa candidature, les médias chroniqueront la rivalité entre les deux femmes. Une perspective qui la hérisse."

Publicité
Toutefois, la "rivalité" entre Marine Le Pen et sa fille semble s’être atténuée ces derniers temps. Ainsi, visiblement la mort dans l’âme, Marion Maréchal-Le Pen a condamné les récents propos sulfureux de son grand-père, Jean-Marie Le Pen. De même, pour conduire la liste FN en PACA, elle a décliné un "ticket" avec Bruno Gollnisch pourtant sur une même ligne conservatrice qu’elle. Dans la foulée, Gilbert Collard, son collègue à l'Assemblée nationale, faisait savoir à Planet.fr que "Marion est une fille disciplinée qui n’a pas d’ambition nationale. Elle chemine et se forme, elle est dans l’obéissance à Marine."

Vidéo sur le même thème : Régionales: Marine Le Pen hésite à se présenter, Marion Maréchal-Le Pen investie en Paca