Dans "Les ombres d'un président", sorti ce jeudi, le journaliste François Bazin livre une analyse poussée et acerbe de François Hollande.

Après Merci pour ce moment, François Hollande va devoir faire face à un second livre assassin. Seulement, celui-ci relève plutôt de l'essai et semble, pour les férus de politique, plus intéressant que les potins de l'ancien couple présidentiel. Dans Les ombres d'un président de François Bazin, le journaliste opère une analyse complète du chef d’État. Via des phrases parfois assassines, l'ancien rédacteur en chef du service politique de L'Obs tente de comprendre le parcours présidentiel de François Hollande.

Un livre qui fait mal

Dans cet "essai de compréhension", l'auteur, qui est sans doute l'un des journalistes connaissant le mieux François Hollande, est pour le moins sévère avec le président. Par des analyses factuelles, historiques et psychologiques, François Bazin réalise ici l'un des ouvrages les plus lucides sur le chef de l’État. "Un essai qui vise juste et fait mal", estime L'Express, qui publiait hier quelques extraits de l'ouvrage. Parmi eux : "au lendemain du 6 mai (2012), passé l'émotion du moment, il est resté égal à lui-même. Et c'est bien là le problème". Le ton est donné. "François Hollande est un président qui voudrait ne pas l'être et qui aspire pourtant à le demeurer. S'il persiste, la logique voudrait qu'il ne le soit bientôt plus", décrit l'écrivain. Selon lui, le problème de François Hollande vient de sa conception des institutions étatiques, qu'il pense pouvoir contourner, mais aussi de sa personnalité.

A lire aussi - François Hollande : un troisième remaniement après les départementales ?

Un président "chewing-gum"

"Le carré pour François Hollande, c'est la fin, donc la mort", résume l'auteur. Le président actuel est aux antipodes d'un Nicolas Sarkozy qui fonçait tête baissée dans le tas. L'homme qui, selon le spécialiste, est plus fidèle à Mendès-France ou Faure, qu'à Blum ou Jaurès, est un adepte des zigzags. Habile, le chef de l'Etat est un "adepte du contre". Il attend que les autres se dévoilent pour ne viser qu'une chose : la victoire. Patient, François Hollande avait d'ailleurs résumé sa méthode au lendemain de l'affaire Cahuzac, une fois l'excitation retombée : "il fallait chewing-gumer tout ça. Je l'ai fait !".

2017 se jouera "sur un coup de dés"

Publicité
Selon l'auteur, "ceux qui espèrent (…) qu'il saura un jour se remanier lui même (…) n'ont en fait rien compris". "Dans la manière hollandaise, tout est négociable. Sauf lui", assène François Bazin. Quant à l'élection présidentielle de 2017, le journaliste affirme qu'elle se jouera "sur un coup de dés", estimant que François Hollande possède l'art de "gérer le temps", en plus d'être chanceux.

 

En vidéo sur le même thème : Le parti pris d'Hervé Gattegno : "François Hollande est un tacticien et un fin connaisseur de la science électorale"