Les députés ont voté ce mercredi en faveur du non-cumul des mandats. Les élus, députés et sénateurs, ne pourront désormais plus exercer de mandat parlementaire s’ils sont également élus locaux.

© AFP

François Hollande en avait fait l’une se des promesses de campagne. C’est désormais chose faite. Avec 313 voix pour, le non-cumul des mandats a définitivement été adopté de mercredi à l’Assemblée nationale. A partir de 2017, les élus parlementaires ne pourront donc plus cumuler leur mandat avec des fonctions exécutives locales. « Ce jour marque une grande victoire pour la démocratie » s’est félicité dans un communiqué le Parti socialiste.

« C'est une chance pour la diversité »« Les débats ont été parfois vifs, parfois excessifs, mais c’est la loi du genre » a reconnu Jean-Marc Ayrault, qui parle d’une décision qui « honore l’Assemblée nationale ». « Vous avez fait une grande œuvre, une grande avancée dans la modernisation de la vie politique de notre pays » a-t-il déclaré devant l’Assemblée. « Vous avez fait preuve d'audace, vous avez eu raison. C'est une chance pour la parité, c'est une chance pour la diversité » a-t-il ajouté. Un enthousiasme loin d’être partagé par l’opposition.

Publicité
« Un jour noir pour la République »« Ce 22 janvier 2014 restera un jour noir pour la République » a de son côté estimé Alain Tourré, député PRG. Contre cette réforme, l’opposition a déjà fait savoir qu’elle reviendra sur ce texte dès 2017 en cas d’alternance au sommet de l’Etat. Une menace aussitôt balayée de la main par le Premier ministre. « Jamais vous ne reviendrez sur cette loi qui est considérée par une grande majorité de Françaises et de Français comme un grand progrès » a répondu Jean-Marc Ayrault.

Vidéo : l'Assemblée nationale a adopté le non-cumul des mandats

Publicité