Le maire de Corbeil-Essonnes, Jean-Pierre Bechter, dans l’Essonne a été mis en garde à vue ce matin dans le cadre de l’affaire de deux tentatives d’homicides, les 29 janvier et 19 février derniers. Une affaire qui, selon l’une des victimes, serait due à un achat de voix lors des élections municipales.

Jean-Pierre Bechter, le maire de Corbeil-Essonnes, dans l’Essonne a été placé en garde à vue ce mercredi matin. Le bras droit du sénateur UMP, Serge Dassault, pourrait être lié à l’une des deux tentatives d’homicides volontaires, qui ont eu lieu les 29 janvier et 19 février derniers. La piste a conduit au maire car l’une des deux victimes a parlé à la police d'un lien qu'il pourrait y avoir avec une autre affaire, celle de la corruption présente lors des municipales entre 2008 et 2010. Des fraudes pourraient avoir eu lieu lors des ces votes.

Publicité
Deux perquisitions différentes le même jourSelon BFM TV, mardi, deux perquisitions différentes ont eu lieu. La première concernait les suspicions de la police quant à "l'achat de votes, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux" lors des campagnes municipales de 2008 à 2010 remportées par le sénateur Serge Dassault puis par Jean-Pierre Bechter. La seconde portait sur les deux tentatives d’homicides volontaires.  

Jean-Pierre Bechter, réélu maire en 2010 :