Dans le livre "Le bal des dézingueurs", paru mercredi, Manuel Valls raconte comment s'est déroulé le limogeage collectif d'Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti et Benoît Hamon du gouvernement.

Le 25 août 2014, lors de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, réitère de nouvelles critiques sur la ligne économique du gouvernement. Pour le Premier ministre Manuel Valls, c'est la fois de trop. Il estime que "la ligne jaune a été franchie" et décide avec François Hollande de faire du ménage dans le gouvernement.

"Fais gaffe, Arnaud. Gaffe à ce que tu vas dire à Frangy"

Dans un livre intitulé Le bal de dézingueurs (Flammarion), écrit par les journalistes Laurent Bazin et Alba Ventura, dont le JDD publie des extraits, le chef du gouvernement prend la parole et raconte le jour où il a viré son ministre du Redressement productif. "Fais gaffe, Arnaud. Gaffe à ce que tu vas dire à Frangy", avait dit le Premier ministre à Arnaud Montebourg quelques jours avant son intervention à la Fête de la rose.

Alors en week-end en Normandie, Manuel Valls décide d'écourter son temps de repos pour rentrer à Paris. "Je sens mal ce qui se passe", confesse-t-il. "En arrivant, je vois à la télé le discours de Montebourg contre l'austérité et cette scène avec la "Cuvée du redressement", où il se moque ouvertement de François Hollande. Là, on se parle avec le président..." C'est à ce moment que lui et le président de la République décident conjointement de remanier le gouvernement, explique Manuel Valls. "Nous décidons que ça ne peut plus durer. Dans la nuit, sa décision est prise. François me dit : 'Tu me remets ta démission et on refait le gouvernement'". 

A lire aussi : Présidentielle 2017 : les prédictions d’Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg chante This is the end en arrivant dans le bureau de Manuel Valls

Le Premier ministre reçoit alors l'interessé dans son bureau pour lui annoncer sa décision. Manuel Valls raconte son entretien avec Arnaud Montebourg : "Il entre dans le bureau, tranquille, en chantant à tue-tête This is the end, la chanson des Doors. Et puis il me regarde et il m'explique d'un air fataliste : 'Qu'est ce que tu veux...C'est mon inconscient qui a parlé !" Et là, il se lève, il me prend dans ses bras et il lâche : 'Allez vieux frère !' Et il s'en va..."

Ce jour-là, il n'est pas le seul à quitter le gouvernement. Les frondeurs Aurélie Filippetti et Benoît Hamon sont également mis à pieds.

Publicité
Dans ce livre, Laurent Bazin et Alba Ventura révèlent les coulisses de la vie politique et dévoilent certaines confidences. On apprend par exemple que Nicolas Sarkozy aurait voulu "mettre une balle entre deux yeux" (métaphoriquement) à Manuel Valls après la polémique sur le déplacement du Premier ministre à Berlin pour la finale du la Ligue des Champions en plein congrès du PS.

En vidéo sur le même thème : Arnaud Montebourg : "Maintenant que je suis un retraité de la politique, je réalise que je ne fais plus que dire des conneries, je les dis aussi!" 

Publicité