Depuis le 1er janvier 2014, la loi sur le jour de carence des fonctionnaires, instaurée par le gouvernement Fillon en 2012, a été abrogée. La ministre de la Foncton publique, Marylise Lebranchu, considèrait cette mesure comme "injuste, inutile et inefficace".

© AFP

Depuis mercredi, le jour de carence pour les fonctionnaires a disparu. Le gouvernement Fillon, à l'origine du projet, souhaitait en 2012 rapprocher les conditions de travail des salariés du public et privé. Ceux du secteur privé ont trois jours de délai de carence. Durant deux ans, entre le 1er janvier 2012 et ce mercredi, les fonctionnaires qui se déclaraient en arrêt maladie n'étaient donc pas payés durant leur premier jour d'absence. Selon des prévisions du gouvernement, l'abrogation de cette loi coûtera environ 157 millions d'euros aux administrations.

"Une faute" selon François Sauvadet

Dès l'annonce, début 2013, de sa suppression par la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, des critiques se font faites entendre à droite comme à gauche. D'après Gérard Collomb, sénateur-maire PS de Lyon (Rhône), il faut réduire "les différences entre secteur privé et secteur public". L'ancien ministre en charge du dossier, François Sauvadet, a quand à lui dénoncé "une faute".

Publicité
Par ailleurs, des enquêtes divergent sur la contribution de l'instauration d'un jour de carence pour les salariés du secteur public. Début décembre une étude livrée par l'assureur Sofaxis indiquait que les arrêts d'une journée ont diminué de 43 % dans les collectivités en 2012 et de 40% dans les hôpitaux. Dans un même temps, la Fédération hospitalière a recensé une baisse du nombre d'absences entre 3% et 7%, allant jusqu'à 20% dans certains établissements.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :