La ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, a annoncé mardi qu’elle réfléchissait actuellement à un nouveau statut ouvrant le droit de vote aux jeunes de 16-17 ans pour les élections locales.

Et si, en plus de la majorité à 18 ans, on créait une "pré-majorité" électorale à 16 ans ? Voici ce sur quoi réfléchit actuellement Dominique Bertinotti, la ministre de la Famille. Selon elle, le gouvernement songerait même sérieusement à ouvrir le droit de vote aux jeunes de 16-17 ans pour les élections locales. Mais alors que ce projet promet d’ores et déjà de donner lieu à de vifs débats, la ministre a tempéré au micro de RMC et BFM-TV : "Il y a un groupe de travail, le temps de la décision n’est pas encore là". Selon elle, "c'est bien de poser la question de la responsabilisation de nos adolescents, avec de nouveaux droits mais aussi de nouveaux devoirs qui l'accompagneront". Et d’ajouter à ce propos que la réflexion sur la pré-majorité à 16 ans "ne se résume pas du tout à l’âge du droit de vote".

Publicité
Pas d’impact sur le domaine judicaireForte de ce projet de réforme, Dominique Bertinotti a poursuivi en expliquant : "C'est beaucoup plus le constat qu'aujourd'hui, nous avons des jeunes et des adolescents qui peuvent commencer à travailler à 16 ans, dont la majorité sexuelle est à 15 ans, avec des droits dans certains cas, mais aussi des incapacités dans d'autres". Assurant que ce projet, s’il venait à être voté, serait sans conséquences sur le domaine judiciaire, la ministre a par ailleurs laissé entendre qu’il pourrait être discuté en fin d’année dans le cadre de la loi famille qui sera présentée en Conseil des ministres.

La droit de vote a été abaissé à 18 ans en 1974 par le président de la République Valéry Giscard-d’Estaing. Avant cette date, l’âge d’obtention du droit de vote était fixé à 21 ans.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité