Il n’y aura finalement pas de loi sur la famille en 2014. Certains y voient une nouvelle reculade du gouvernement après la manifestation de ce dimanche. Pour l’UMP c’est la victoire de la rue, le gouvernement cherchant à apaiser les esprits sur les sujets qui fâchent.

© AFP

GPA, PMA, rôle du beau-parent ou d’un tiers dans l’éducation des enfants… Le débat n’aura finalement pas lieu. Matignon a annoncé ce lundi soir qu’il ne présenterait pas de loi sur la famille en 2014. Dans l’entourage du Premier ministre, on fait valoir qu’avec le Pacte de responsabilité « le calendrier parlementaire est dense » et que « les travaux préparatoires doivent se poursuivre ». Une décision qui a déclenché la colère des couples gays et lesbiens, qui attendaient des avancées en droit de la famille, mais aussi d’une partie de la majorité, tandis que l’UMP estime qu’il s’agit d’une victoire de la rue.

Nouvelle reculade pour le gouvernementCe dimanche, les militants de la « Manif pour tous » ont en effet battu le pavé parisien pour défendre une vision traditionnelle de la famille, mise en danger selon eux par le projet de loi à venir. Si le gouvernement avait rappelé que la GPA (gestation pour autrui) et la PMA (procréation médicalement assistée) ne feraient pas partie du texte, il était prévu d’aménager les droits du beau-parent ou d’un tiers dans l’éducation des enfants. Rien de tout cela ne sera finalement débattu cette année.

Publicité
Une victoire de la rue ?Il s’agit là d’une victoire pour Ludovine de la Rochère, présidente de la « Manif pour tous ». « C'est une victoire car ce qui se dessinait dans ce projet de loi n'était pas favorable à l'intérêt supérieur de l'enfant et de la famille » a-t-elle déclaré à l’AFP. Mais beaucoup, dont l’UMP, accusent le gouvernement et François Hollande d’avoir cédé à la pression de la rue. Une partie de la majorité se dit elle-même consternée par cette annonce. « Au lendemain de la mobilisation du camp réactionnaire, ce renoncement est consternant. Nous espérons que le gouvernement reviendra sur cette décision » a ainsi lancé Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale EELV. Pour Ian Brossat, « céder aux extrémistes qui manifestaient hier en renonçant à faire adopter la loi famille en 2014, c’est, de fait, leur donner raison » a déclaré le chef de file des communistes parisiens sur son compte Twitter.

Vidéo : loi sur la famille  "pas de projet cette année" pour le gouvernement

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité