Philippe Noguès a indiqué ce mercredi qu’il allait quitter le Parti socialiste. C’est le premier député frondeur à prendre cette décision.

Lors d’un entretien accordé mercredi à Ouest France, le député du Morbihan a annoncé son départ du Parti socialiste. Philippe Noguès est le premier député frondeur à quitter le parti socialiste ainsi que le groupe SRC à l’Assemblée nationale.

Lire aussi - Entre Manuel Valls et les frondeurs, la tension est à son paroxysme

"C’est une démarche mûrie depuis plusieurs mois", a-t-il fait savoir. Le député âgé de 60 ans et membre du PS depuis 2006 se montre très critique envers la politique menée par le gouvernement. "Je ne reproche pas à François Hollande d’avoir raté une politique. Je lui reproche d’avoir été élu sur un projet qu’il n’a même pas essayé de mettre en place", a-t-il estimé.

"La ligne social-libérale a gagné, avec Manuel Valls, Emmanuel Macron"

"Je crois qu’il n’y a pas de changement possible de l’intérieur du Parti socialiste ni du groupe parlementaire. La ligne social-libérale a gagné, avec Manuel Valls, Emmanuel Macron", a déploré Philippe Noguès. "Même si je continue à être de leur côté dans des combats particuliers, contre la droite ou l’extrême droite", a-t-il ajouté.

"Les partis politiques sont complètement épuisés", a regretté le député frondeur. "Je crois qu’il faut changer de politique, changer l’image de la politique, y remettre de l’exemplarité, de la loyauté, de la transparence et d’écoute des citoyens", a-t-il regretté.

"Je pense qu’il y aura quelques départs dans les semaines à venir"

Lorsque le journaliste lui a demandé si d’autres frondeurs envisagent également de franchir le cap, l’élu du Morbihan a répondu : "Je pense qu’il y aura quelques départs dans les semaines à venir. Mais je ne sais pas s’il y en aura assez pour créer un groupe".Celui qui a soutenu Martine Aubry en 2011 n’a pour l’instant pas l’intention "d’adhérer à un nouveau parti ni de fonder un groupusculaire".

Lire aussi - François Hollande a reçu les frondeurs à l'Elysée

Publicité
Et à la question de savoir si sa démarche ne risquait pas d’affaiblir le PS et de renforcer la droite, Philippe Noguès a rétorqué : "Le PS s’affaiblit tout seul en respectant pas ses engagements et en se reniant". Le député frondeur a par ailleurs fait part de son intention de se présenter en 2017 en précisant : "je préfère perdre sur mes valeurs que de gagner sur des compromissions".

Vidéo sur le même thème : "L'exécutif a franchi une ligne rouge", selon un frondeur