Mardi 24 mars, "L'Est Républicain" a publié une interview de Nadine Morano. Intitulée "Le FN n'est pas anti-républicain", selon les propos de l'interviewée, elle a curieusement été supprimée puis republiée.

Un entretien mystérieux. Mardi dernier, vers 18 heures, L'Est Républicain a publié sur son site Internet une interview de Nadine Morano nommée "Le FN n'est pas anti-républicain". A priori normale, la démarche s'est obscurcie quand le journal a décidé de retirer l'article. Aussitôt, les internautes et les médias ont cherché à lever le voile sur cet inexplicable retrait ainsi que sur ses causes. Contenu dérangeant ? Fausses déclarations ? Le quotidien régional a finalement mis un terme aux interrogations en republiant l'article, accompagné de quelques précisions.

A lire aussi - Marine Le Pen : "Nadine Morano parle plus vite qu'elle ne pense"

Un "article que Nadine Morano conteste formellement"

La cause du retrait de l'article venait en fait d'un désaccord entre Nadine Morano et le journal sur le déroulement de l'entretien. En effet, comme l'a précisé L'Est Républicain dans son article explicatif, l'eurodéputée niait avoir déclaré "le FN n'est pas anti-républicain". Selon elle, "ses propos 'en off' avaient été mal interprétés". Sans enregistrement pour prouver la véracité des déclarations, la rédaction-en-chef du journal a rapidement décidé de retirer l'article "afin de clarifier ce différend et d'envisager les suites à donner".

Une question se pose alors, L'Est Républicain est-il indépendant ? "A aucun moment, dans le passé, comme aujourd'hui, L'Est Républicain ne s'est autocensuré à la demande d'un élu ou d'un groupe de pression. Il reste maître de ses contenus", s'est défendu le journal. D'ailleurs, il a republié l'article ce mercredi, cette fois-ci légendé : "Voici l'article que Nadine Morano conteste formellement".

A lire aussi -Nadine Morano estime qu'une femme voilée avec une valise est un "danger potentiel"

Des déclarations problématiques

Après un parcours de publication peu commun, nous sommes en bon droit de nous demander en quoi l'article est si dérangeant. Invitée par le journal à réagir au "ni-ni" prôné par Nicolas Sarkozy pour le second tour des élections départementales, l'ancienne ministre de l'Apprentissage s'est dite favorable à une telle position. Mais elle est allée un peu plus loin. "A partir du moment où le FN est autorisé par la République, en quoi serait-il anti-républicain ?", s'est interrogée Nadine Morano. Lorsque le journaliste a évoqué le maintient en Meurthe-et-Moselle d'un duo UMP placé en troisième position, quitte à faire élire le FN au détriment du PS, l'intéressée a répondu : "Le binôme UMP a raison de se maintenir pour défendre son programme. Nous sommes différents du PS et du FN".

A lire aussi - Départementales : où en sont les départements clés de ces élections ?

Publicité
C'est plutôt la cinquième question qui pose problème. En réaction à la précédente réponse de la ténor UMP, le journaliste a rapporté à l'interviewée que, de son côté, le PS avait préféré retirer deux de ses candidats pour assurer la victoire de l'UMP face au parti frontiste en tête dans le Lunévillois. Un constat auquel Nadine Morano a simplement répondu : "C'est son choix. Un choix que je n'aurais pas fait". A quelques jours du second tour des élections, ce type de déclarations semble peu approprié alors que la victoire de l'UMP repose dans certains cantons sur le désistement des socialistes.

Vidéo sur le même thème - Le Pen : "Morano parle plus vite qu'elle ne pense"