Le parti de Marine Le Pen est officiellement représenté dans cette école qui forme les futures élites alors que les 120 parrainages nécessaires semblaient difficiles à recueillir. 

Le Front national est-il désormais en odeur de sainteté à Sciences Po Paris ? Après des années et des années de bisbilles, il n’aura fallu que trois petites heures au FN pour rentrer par la grande porte dans la prestigieuse école qui forme les élites de demain.

En recueillant jeudi les 120 parrainages nécessaires, le parti frontiste est reconnu au sein de l’établissement comme une association et peut bénéficier à ce titre de subventions, de locaux, etc.

Dans cet établissement huppé, considéré comme un bastion de la gauche, la surprise a donc été grande sitôt le seuil des 120 parrainages franchi par le Front national. Surtout que le FN a fait mieux que le PS, recueillant la centaine de voix nécessaires avant celle-ci, mais après Les Républicains, plus rapides.

"Une pépinière de futurs cadres"

"C'est un tremblement de terre dans ce qui fut longtemps un temple de la pensée unique qu'on pensait inamovible", affirme Florian Philippot, le numéro deux du Front national, interrogé par Le Scan. "La jeunesse étudiante, y compris dans les meilleures écoles, est en train de fracasser le conformisme des anciennes élites et se tourne vers le patriotisme", affirme l'eurodéputé pour qui le Front national va pouvoir "compter sur une pépinière de futurs cadres extrêmement performants et motivés".

A lire aussi Quand le FN veut dépouiller l’UMP de ses membres

Publicité
Marine Le Pen, dont la dernière visite en 2012 fut très chahutée, s’est, elle, fendu d’un tweet où elle se réjouit que le FN soit la "deuxième force politique devant le PS". En réalité, son parti est le deuxième, dans l’ordre chronologique, à avoir réuni les 120 parrainages nécessaires.

Vidéo sur le même thème :

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :