Le dégagisme à l'italienne

Le vote du peuple italien est aussi lumineux que son soleil : c’est du dégagisme à l’état pur, mais avec ce charme méditerranéen inimitable ; le Mouvement 5 étoiles, arrivé en tête, est absolument inclassable ; les conséquences - pour l’Italie et donc pour l’Europe – de ce vaudeville électoral seront-elles pires que l’élection d’Emmanuel Macron ? Rien n’est moins sûr ; on peut espérer une "combinazione" équilibrée et raisonnable.  

Or, en France, les médias dénoncent une "sainte alliance" qui va de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, en passant par Laurent Wauquiez, alliance dont l’objectif commun est de dénoncer la forfaiture desdits médias ; j’avoue, et je l’ai déjà dit souvent, que je m’inscris totalement dans ce médias bashing. La façon dont les sbires du grand capital encensent notre Président devient de plus en plus imbuvable et les ténors précités ont bien raison de contester les trompettes de la renommée.

Je rappelle quelques exemples. La décision concernant Notre-Dame-des-Landes ne se situait en rien dans le registre du courage : elle était tout simplement techniquement impérative. Le service national obligatoire pour tous, entre trois et six mois, est complètement irréaliste. Les 295 milliards promis à l’armée sont de la poudre aux yeux. La grande réforme du service public accouche d’une petite souris. L’ouverture de l’assurance chômage aux démissionnaires ne concernera qu’une petite poignée de privilégiés. Etc.

La conjoncture internationale s’améliore, peut-être provisoirement, mais Emmanuel Macron n’y est pour rien. La croissance est moins forte en France que dans la moyenne des pays européens. Les derniers chiffres du chômage dépendent des sources d’information.

J’ai déjà dit que, à Bure comme ailleurs, il faudrait une interdiction de présence sauf pour les ayant droits, avec un an de prison ferme en cas de délit ; mais cela suppose un peu de courage politique ; mobiliser cinq cents gendarmes pour valoriser un petit groupe de contestataires ne relève pas du courage mais de la débilité.

Et nombre de médias applaudissent. Certes, il y a Jean-Michel Blanquer, partiellement, et la limite de responsabilité portée à quinze ans quant à l’acceptation d’un rapport sexuel, mais une hirondelle ne fait pas le printemps.

Alors, les médias sont-ils nuls ? Non, il y a de très belles émissions, notamment le dimanche matin, sur France 2 : celle de dimanche dernier, 4 mars, était, de 8h30 à 10h50, d’un niveau exceptionnel.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité