Laurent Wauquiez continuerait selon Lyon Capitale à cumuler des points de retraite grâce au Conseil d’Etat où il a été fonctionnaire. Or, le candidat à la présidence des Républicains en est détaché depuis 2004…

 La pratique est légale mais elle ne manquera pas de faire réagir. Lorsqu’il a été élu député en Haute-Loire, Laurent Wauquiez a choisi en 2004 de se détacher du Conseil d’Etat où il avait été nommé deux mois plus tôt Maître des requêtes, raconte Lyon Capitale

Depuis 13 ans ce détachement est renouvelé et vient d’être prolongé jusqu’en 2022, comme le stipule un arrêté pris le 4 septembre 2017 et dont Lyon Capitale se fait l'écho. Il permet notamment à Laurent Wauquiez de continuer à cumuler des points de retraites et de l’avancement, même pour un poste occupé pendant deux mois. Comme l’a précisé le Conseil d’Etat au média lyonnais, c'est la loi.

A lire aussi :Qui pour prendre la tête des Républicains ? 

De député à président de région

Lyon Capital précise par ailleurs que Laurent Wauquiez n’a pas été concerné par la réforme Cahuzac, qui oblige les députés à se mettre en disponibilité et non plus en détachement, car il était déjà élu. Aujourd’hui, le Républicain n’occupe plus ce poste et, en tant que président de la région Auvergne-Rhones-Alpes, il n’est donc pas concerné par cette précision dans la loi de 2014 sur la moralisation de la vie politique.

Publicité
Avant d’être Maître des requêtes au Conseil d’Etat, Laurent Wauquiez avait été auditeur de seconde classe, d’avril 2001 à avril 2004. L’entourage du Républicain n’a pas souhaité donner suite aux questions de Lyon Capitale.