Dans "Bienvenue Place Beauvau", les auteurs expliquent comment le président aurait cherché à nuire à Laurent Fabius en utilisant les ennuis judiciaires de son fils contre lui.

Le livre Bienvenue Place Beauvau fait décidément beaucoup de bruit. Après François Fillon qui a dénoncé jeudi le "cabinet noir" de l’Elysée et samedi, Valérie Pécresse qui a affirmé avoir été "victime d’une tentative de déstabilisation politique", c’est à présent le nom de Laurent Fabius qui apparaît en lien avec le livre des trois journalistes, Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé.

D'après ce livre, cité par Gala, Laurent Fabius aurait été lui aussi une "victime" de ce "cabinet noir" de l’Elysée, en raison de la relation tendue qu’il entretenait avec François Hollande. Pour se venger notamment des petites blagues de l’actuel président du Conseil constitutionnel, le président aurait utilisé son fils contre lui. "L’éléphant Fabius se demande, lui, si François Hollande n’a pas un tantinet à voir avec les malheurs qui s’abattent sur son fils, Thomas. Plus encore que Manuel Valls, Laurent Fabius est honni par Hollande qui sait qu’il lui doit le sobriquet de 'Fraise des bois'", ont écrit les journalistes.

A lire aussi –  "Sarkozy, je le surveille" : un livre accuse François Hollande d'écouter ses adversaires politiques

"Au moment où Laurent Fabius clôture la COP21, son fils est mis en examen"

Les démêlés judiciaires de Thomas Fabius ne sont pas nouveaux. Condamné en 2011 pour abus de confiance, il avait fait l’objet d'un mandat d'arrêt aux Etats-Unis pour des chèques sans provision en 2015. Et au moment de la nomination de son père à la tête du Conseil constitutionnel, Thomas Fabius faisait à nouveau face à la justice. "Le 30 janvier 2016 au moment même où Laurent Fabius clôture triomphalement la COP 21 qu’il a présidée, son fils est mis en examen pour faux, escroquerie et blanchiment comme si quelqu’un avait voulu gâcher la fête. La grenade avait été dégoupillée deux ans plus tôt suite à une plainte de sa banque car ce joueur invétéré avait produit un faux email pour débloquer un crédit de jeu au Grand Casino de la Mamounia à Marrakech", ont raconté les auteurs de Bienvenue Place Beauvau.

Publicité
Thomas Fabius aurait été la victime collatérale des tensions qui existaient entre son père et François Hollande. L'ancien ministre des Affaires étrangères aurait été à ce moment dans le collimateur du président, qui aurait cherché à le mettre sur la touche. "'Tant que Laurent Fabius était utile à Hollande au Quai d’Or­say, les dossiers judi­ciaires du fils ont étran­ge­ment mijoté à feux doux, puis quand il a été sur le départ après avoir bouclé la COP 21, tout s’est accé­lé­ré’, analyse un flic de la PJ", ont rapporté les journalistes. Une coïncidence bien trop troublante selon eux.

En vidéo sur le même thème - Julien Dray "S'il y avait un cabinet noir, François Hollande aurait été candidat