Pour la première de son émission "Une ambition intime", Karine Le Marchand a fait fort. Face à elle, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen, Arnaud Montebourg et Bruno Le Maire se sont laissés aller sur le terrain de la confidence. Découvrez ce qu’ils ont dit. 

M6 diffusait dimanche soir la toute première émission d’ « Une ambition intime », le nouveau programme présenté par Karine Le Marchand. A cette occasion, quatre ténors de la politique étaient invités : Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg et Bruno Le Maire. Un rendez-vous au cours duquel tous les quatre ont été invités à se livrer sur leur vie privée mais aussi à montrer des facettes méconnues de leur personnalité, le tout pendant une discussion qui se voulait presque amicale. Florilège des moments les plus intenses.

Les larmes d’Arnaud Montebourg

Ainsi, Arnaud Montebourg n’a pas caché son émotion lorsque la journaliste l’a interrogé sur la naissance de sa fille, Jeanne, fruit de ses amours avec Aurélie Filippetti. Aujourd’hui âgée d’un an, l’enfant est néé prématurément après seulement 26 semaines de grossesse. Une période très difficile pour ses parents et qui affecte visiblement encore beaucoup son père. "C’est une histoire ordinaire (…) C’est toujours difficile. On croit connaître la vie et on est confrontés à autre chose, a confié l’ancien ministre sans pouvoir retenir ses larmes. Je voudrais remercier les médecins et les infirmières, ils ont sauvé la vie de cet enfant. (Un évènement pareil), ça change tout".

Les visites secrètes de Nicolas Sarkozy

Questionné sur sa relation avec les époux Chirac, Nicolas Sarkozy a raconté une savoureuse anecdote. L’ancien président a en effet raconté que du temps où il était ministre de l’Intérieur sous Jacques Chirac, il voyait l’ex-Première dame en secret. "On se cachait pour se voir" car son mari "ne voulait pas que Bernadette et moi nous nous voyions", a-t-il expliqué sans toutefois préciser pourquoi. Quant à la manière de s’adresser à son prédécesseur, Nicolas Sarkozy a assuré l’avoir toujours vouvoyé sauf une seule fois : "en 2007", au moment de la passation de pouvoir à l’Elysée. "Quand je l’ai raccompagné, il y avait pour lui comme une forme de vie", a-t-il témoigné.

Comment Bruno Le Maire a rencontré sa femme

Marié depuis près de 20 ans avec Pauline, Bruno Le Maire est revenu sur leur rencontre. "Elle est très proche de ce que je suis, a-t-il d’abord expliqué. Je l’ai rencontrée dans une auto-école. On passait les séances de code ensemble et il y avait une jeune fille que je trouvais très mignonne. A chaque fois qu'il fallait répondre, elle répondait quelque chose de totalement délirant. Je l'ai invitée à prendre un verre puis deux. Elle n'aimait pas ma coupe de cheveux qui était trop courte et que disait j'étais beaucoup trop propre sur moi".

Marine Le Pen la fêtarde, vraiment ?

Face à Karine Le Marchand, Marine Le Pen a mis fin à une rumeur tenace selon laquelle elle avait une fêtarde invétérée pendant sa jeunesse. Alors que la journaliste voulait en savoir plus sur son surnom de "night-clubbeuse", la présidente du Front National a répondu : "C’est une réputation qui est un peu usurpée (…) Je suis jamais sortie à Paris, mais ma sœur Yann est beaucoup sortie pour faire la fête à Paris (…) Mais j’ai récupéré sa réputation de fêtarde car (…) on était trois sœurs, mais à chaque fois qu’on disait quelque chose avec 'la fille Le Pen' on pensait que c’était Marine donc ça retombait sur moi !".

Comment le fils de Sarkozy défendait son père

Pendant l’émission, Nicolas Sarkozy a été amené à regarder un extrait vidéo dans lequel son fils, Pierre, raconte qu’enfant, il était prêt à se battre pour défendre son père. "Quand on était petit, notre père était déjà maire de Neuilly, et il pouvait y avoir des attaques et des critiques à l’école. Mais je trouve ça nul de s’attaquer au physique des gens, c’est minable. Quand j’étais petit, face aux remarques sur son physique, j’aurais pu me battre pour ça", a-t-il assuré, encore ému par ces histoires. "Le pauvre !", a commenté Nicolas Sarkozy face à l’image des yeux embués de son fils.

La chanson d’Arnaud Montebourg

Publicité
Arnaud Montebourg affectionne tout particulièrement une chanson : "17 ans" de Claude François. Et alors que Karine Le Marchand l’interrogeait à ce sujet, l’ancien ministre n’a pas résister à l’envie de chanter. C’est donc sur le plateau de l’émission et face à une journaliste amusée que celui qui se rêve à l’Elysée en 2017 a fredonné quelques paroles de sa chanson !

 VIDÉO Le flirt entre Karine Le Marchand et Nicolas Sarkozy sur M6

Publicité