L'aile droite du Parti socialiste revendique "un droit de retrait" de la campagne présidentielle, estimant que les conditions de soutien à Benoît Hamon, vainqueur de la primaire de gauche, ne sont pas réunies.

PARIS (Reuters) - L'aile droite du Parti socialiste revendique "un droit de retrait" de la campagne présidentielle, estimant que les conditions de soutien à Benoît Hamon, vainqueur de la primaire de gauche, ne sont pas réunies.

Le député Gilles Savary, chef de file du pôle des réformateurs du PS, a évoqué 25 signataires à l'issue d'une réunion de ce groupe. L'un d'eux, Jacques Cresta, a évalué à une cinquantaine leur nombre potentiel.

Publicité
Certains d'entre eux soutiennent déjà l'ex-ministre de l'Economie Emmanuel Macron, candidat hors parti à l'élection présidentielle, à l'instar du sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, un des fondateurs du pôle des réformateurs du PS. 

"Il est possible qu'il y en ait d'autres", souligne Gilles Savary, selon qui ce n'est cependant pas le sujet du moment :

"Pour le moment (…)

Cliquez ici pour voir la suite

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet