Suspectée d'avoir bénéficié d'un emploi fictif à l'Assemblée, l'épouse de François Fillon aurait également touché 100 000 euros pour seulement deux notes rédigées pour la revue littéraire.

"Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille", disait Jacques Chirac. Une phrase à laquelle doivent sans doute penser François Fillon et son épouse Penelope en ce moment... 

Alors que l'affaire sur le présumé emploi fictif de Penelope Fillon à l'Assemblée n'est pas terminée, une autre affaire est en train de mettre à mal le clan Fillon. Selon le Canard enchaîné, la femme de François Fillon a touché près de 100 000 euros pour seulement deux notes rédigées pour la célèbre "Revue des deux Mondes", créée en 1829 et diffusée tous les mois. 

"Cela peut arriver qu'on écrive à distance, le problème c'est le travail qui a été fait…"

De mai 2012 à décembre 2013, elle a ainsi touché 5 000 euros brut mensuels. Le directeur de la publication de la revue littéraire de l'époque, Michel Crépu, explique au Monde l'avoir embauchée après un coup de fil de Marc Ladreit de Lacharrière, le grand patron propriétaire de la holding qui détient la revue et ami de François Fillon. "Un après-midi, Marc Ladreit de Lacharrière m'a appelé et m'a dit : 'Penelope Fillon s'ennuie. Pourrait-elle critiquer quelques livres ?", a-t-il expliqué au quotidien. Mais Michel Crépu va plus loin dans ses révélations : il affirme n'avoir "jamais eu affaire à elle, ni physiquement, ni au téléphone, ni même par mail." Plus loin, il ajoute : "Cela peut arriver qu'on écrive à distance, le problème c'est le travail qui a été fait…".

Deux notes payées 100 000 euros

En effet, tout est dans la production de Penelope Fillon. Car à 5 000 euros par mois, on s'attend à une production littéraire conséquente. Or, pour l'instant, seule deux notes de lecture sont à mettre à son crédit. Elles ont été publiées entre septembre et octobre 2012 à la toute fin de la revue, sous le pseudonyme 'Pauline Camille". La première fait 2 500 signes, et la seconde moins de 1 000 signes, selon Marianne qui a pu les consulter.

Publicité
Le grand patron, Marc Ladreit de Lacharrière, a réagi jeudi à cette affaire, toujours dans Le Monde"La revue voyait son chiffre d'affaires baisser chaque année. J'ai donc demandé à quelques amis et personnalités de réfléchir à son devenir, notamment en l'ouvrant vers l'étranger. Penelope Fillon était de ceux-là. C'est une femme intelligente, elle a lu beaucoup de livres - dont deux résumés seulement ont été publiés."

Vidéo sur le même thème : "Pénélope Fillon, assistée parlementaire ?"

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité