Blague, bourde, lapsus, phrase choc… Planet.fr vous propose de revenir sur le mot ou la phrase qui a marqué la semaine.

La phrase de cette semaine est signée Manuel Valls. Le Premier ministre l’a prononcée mercredi en marge d’un déplacement en Paca où il venait soutenir Christophe Castaner, le candidat PS aux élections régionales. Aussi, le chef du gouvernement en a profité pour répondre aux critiques exprimées un peu plus tôt par Marine Le Pen concernant la manière dans la France gère l’immigration clandestine. L’UMP et PS sont "responsables de la situation", a-t-elle raillé.

"Il faut une organisation de nos frontières"Son projet est "profondément anti-national", a-t-il d’abord jugé avant de lâcher à propos de la présidente du Front national : "Il vaut mieux qu’elle ne gouverne pas ». Et Manuel Valls de poursuivre en affirmant que la « solution est d’abord européenne" et qu’il "faut une organisation de nos frontières. C’est vrai à Vintimille avec l’Italie. C’est vrai avec la Grande-Bretagne".

Publicité
Et alors que les sondages donnent l’extrême droite en tête de Marion Maréchal-Le Pen en tête du premier tour des élections régionales avec 32%, devant la liste Les Républicains-UDI de Christian Estrosi (29 %) et celle de l'alliance PS-PRG (17 %), Manuel Valls a également profité de son déplacement pour marteler que "rien n’est plus important que la gauche se ressaisisse et se rassemble dès le 1er tour". Et le Premier ministre de pointer les projets guidés par "une volonté d’exclusion".

Vidéo sur le même thème : Calais, plaque tournante de l'immigration clandestine 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité